Reine des orages de Marion Zimmer Bradley

“Vous n’avez pas besoin de mes maléfices, il y en a déjà assez dans votre maison et dans le sein de votre chienne de maîtresse ! Un jour viendra où vous regretterez amèrement de n’être pas mort sans enfants, et après celui-là, il n’y en aura pas d’autre ! Vous ne prendrez aucune autre femme dans votre lit, pas plus que vous ne l’avez fait pendant que la chienne de Rockraven s’alourdissait de votre sorcière de fille ! Mon oeuvre est accomplie, vai dom ! (…) A partir de ce jour, vous n’aurez ni fille ni fils, vos reins seront vides et secs comme un arbre mort de froid !”

Donal est le fils de Dame Aliciane, une fille cadette de la famille Rockraven, qui s’est mariée avec un fils cadet de la famille Delerey. mais après la mort de son époux, Aliciane s’est retrouvé démunie et est rentrée comme dame de compagnie de dame Déonara, femme de don Mikhail, seigneur du puissant royaume de Aldaran, dont elle devient peu après la concubine. Don Mikhail n’ayant pas de fils vivant, Donal devient en quelque sorte son fils adoptif, même s’il ne peut pas légalement devenir son héritier. Et peu après, Aliciane meurt en couches, après avoir donné une fille, Dorilys, au seigneur d’Aldaran.

Allart est novice au monastère de Nevarsin. Fils cadet de la puissante famille des Hastur, il est le cinquième sur la liste de succession au trône du royaume des plaines, et le roi est mourant, son fils incapable de lui succéder. C’est pourquoi son père le rappelle afin qu’il se marie et tisse une alliances avec la famille Aillart, dont l’influence sera déterminante pour que le frère de allat, Damon-Rafael, puisse prétendre au trône. C’est ainsi que Allart se retrouve mariée à Cassandra, qu’il n’avait jamais vu avant le jour de son mariage.

Mais comme tous les membres de l’aristocratie, il est porteur d’un don qui devient parfois une malédiction : le laran. le laran est un pouvoir psychique que possède les membres de certaines familles, il peut s’agir ainsi de télépathie, de prescience, de télékinésie, de maîtrise des éléments, etc. Les mariages entre membres de ces familles servent alors à cultiver certains larans, à en accentuer certains traits, à en abandonner certains, les mariages sont plus l’occasion d’expériences génétiques que de joie pour les époux. Et Allart possède un don de prescience si développé, qu’il voyait cent possibilités s’offrir à lui à chaque geste. Un don qui a bien failli le tuer lorsqu’il s’est replié sur lui même quand, lors de la puberté, il a été frappé de la maladie du seuil, due au développement soudain du laran parallèle à l’éveil à la sexualité. C’est grâce à l’entrainement des moines qu’il a réussi à maîtriser le laran. Or, à Aldaran, la petite fille nommée Dorilys possède elle aussi un laran surpuissant, qu’elle est incapable de maîtriser et qui ne menace pas sa santé, mais aussi le reste du monde.


C’est une découverte pour moi, puisque je ne connaissais MZB que pour ses livres plus axés fantastique. Reine des orages est ici le tome deux de son cycle de la romance de ténébreuse, et plus particulièrement le tome 1 de la sous série des Ages du chaos. Nous sommes donc ici dans la science fantasy, puisqu’on y parle de génétique, d’eugenisme et de pedigree dans un univers médiéval à la technologie mécanique, qui est en fait dûe à une sorte de magie liée au laran, et qui permet aussi bien de construire des instruments mécaniques que de maîtriser la nature.

L’histoire est donc surprenante, puisqu’elle parle à la fois de maîtrise de ses capacités, de génétique, de géopolitique, de guerre, tout ça plus ou moins teinté des sentiments des personnages, assez bien retranscripts. On lit bien le roman, même sans forcément comprendre tout le langage utilisé, puisque certains termes sont techniques. Reine des orages sait bien concilier l’aspect scientifique et l’univers fantasy, la lecture est sympathique et c’est tout ce qu’on lui demande.

Donal est le fils de Dame Aliciane, une fille cadette de la famille Rockraven, qui s’est mariée avec un fils cadet de la famille Delerey. mais après la mort de son époux, Aliciane s’est retrouvé démunie et est rentrée comme dame de compagnie de dame Déonara, femme de don Mikhail, seigneur du puissant royaume de Aldaran, dont elle devient peu après la concubine. Don Mikhail n’ayant pas de fils vivant, Donal devient en quelque sorte son fils adoptif, même s’il ne peut pas légalement devenir son héritier. Et peu après, Aliciane meurt en couches, après avoir donné une fille, Dorilys, au seigneur d’Aldaran.

Allart est novice au monastère de Nevarsin. Fils cadet de la puissante famille des Hastur, il est le cinquième sur la liste de succession au trône du royaume des plaines, et le roi est mourant, son fils incapable de lui succéder. C’est pourquoi son père le rappelle afin qu’il se marie et tisse une alliances avec la famille Aillart, dont l’influence sera déterminante pour que le frère de allat, Damon-Rafael, puisse prétendre au trône. C’est ainsi que Allart se retrouve mariée à Cassandra, qu’il n’avait jamais vu avant le jour de son mariage.

Mais comme tous les membres de l’aristocratie, il est porteur d’un don qui devient parfois une malédiction : le laran. le laran est un pouvoir psychique que possède les membres de certaines familles, il peut s’agir ainsi de télépathie, de prescience, de télékinésie, de maîtrise des éléments, etc. Les mariages entre membres de ces familles servent alors à cultiver certains larans, à en accentuer certains traits, à en abandonner certains, les mariages sont plus l’occasion d’expériences génétiques que de joie pour les époux. Et Allart possède un don de prescience si développé, qu’il voyait cent possibilités s’offrir à lui à chaque geste. Un don qui a bien failli le tuer lorsqu’il s’est replié sur lui même quand, lors de la puberté, il a été frappé de la maladie du seuil, due au développement soudain du laran parallèle à l’éveil à la sexualité. C’est grâce à l’entrainement des moines qu’il a réussi à maîtriser le laran. Or, à Aldaran, la petite fille nommée Dorilys possède elle aussi un laran surpuissant, qu’elle est incapable de maîtriser et qui ne menace pas sa santé, mais aussi le reste du monde.


A la naissance de Dorilys, un orage éclate ; ce n’est pas par hasard. Plus tard, à peine pubère, elle foudroie un homme trop entreprenant. Peut-on lui apprendre à se contrôler ? Ce n’est pas simple : la sélection génétique permet de créer des hommes et des femmes dotés de superpouvoirs que nul ne parvient à maîtriser vraiment. Tout le monde est en danger ; Ténébreuse est entrée dans les Ages du Chaos. Dorilys devra-t-elle à son tour épouser un proche parent ? Acceptera-t-elle d’engendrer des enfants maudits ? Aura-t-elle la force de renoncer aux plaisirs de la chair, sachant que l’homme de sa vie pourrait bien les chercher ailleurs ? Les passions et les souffrances ne sont plus protégées par le secret : la télépathie révèle tout. Et Dorilys se consume. Désormais l’orage est dans sa tête. Sur qui la foudre va-t-elle tomber ? S’arrêtera-t-elle avant d’avoir incendié la planète ?

Albin Michel Pocket (1989)447p pages ISBN : 2-266-03171-6
Traduction : albin michel
Titre Original : Stormqueen (1978)

Couverture : W.Siudmak
Daw Books 1978

Laisser un commentaire