Réminiscences de Lara Parker

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Dark Shadows, tome 2

Je trouve l »écriture de Lara Parker fine et expressive. Les phrases sont simples, la construction aussi, mais je réussis facilement à visualiser les scènes décrites. D »autant plus avec les personnages de Burton en tête.
On alterne ici entre deux époques, le XVIIème et le procès des sorcières de Salem et la fin du XXème, les différences sont flagrantes et impossible de se mélanger les pinceaux… à part peut-être dans les derniers chapitres mais je dois garder le secret.

 

Barnabas est toujours aussi décidé à se défaire de sa condition de vampire. Julia, sa médecin, possède un serum mais au prix de quelles souffrances !
Alors que le premier tome s »attardait sur le passé d »Angélique la sorcière, amour maudit de notre héros, ce tome-ci est davantage centré sur lui et nous sommes dans les années 70. Antoinette entre alors dans sa vie, une femme discrète, inaccessible qui a racheté l »ancienne demeure des Collins pour la retaper, et fascine Barnabas. A juste titre puisqu »elle ressemble étrangement à la vénéneuse Angélique.

En parallèle, on est donc parachuté à Salem en 1692, pour suivre Miranda accusée de sorcellerie. Le lien avec les Collins reste d »abord mystérieux… puis apparaît quand il est question de son procès et de ses dernières paroles.
J »avoue que j »ai adoré ces passages de l »histoire car je suis très bon public en  ce qui concerne les histoires de sorcières et surtout celles de salem.

 

Le rythme est agréable avec l »alternance de ces deux périodes. Je me suis plus attardée sur l »histoire de Miranda que sur le présent de Barnabas mais, bien sûr, les deux histoires gardent un réel intérêt.
C »est simple et efficace, les rebondissements sont présents, les mystères aussi. Bref, une série qui fonctionne très bien pour moi.

 

Pour conclure, « Réminiscences« , deuxième tome de la trilogie Dark Shadows par Lara Parker est très sympathique. la malédiction qui entoure le personnage de Barnabas y est approfondi et la plongée au coeur des procès de salem est très agréable.

 

Michel Lafon (septembre 2012) – 329 pages – 18€95 – ISBN : 978-2749917146

« Barnabas Collins est de nouveau humain, libéré de sa condition de vampire grâce aux efforts de Julia, une brillante scientifique. Dans un élan de gratitude, il lui a demandé sa main, mais son cœur ne bat que pour la mystérieuse Antoinette, nouvelle propriétaire des ruines de l’ancienne demeure familiale de Collinwood.               Il apprend vite que cette femme étrange s’est installée dans la région pour être au côté de sa fille tourmentée jusqu’à la démence par les réminiscences d’une prétendue vie antérieure, où elle aurait été brûlée vive pour sorcellerie lors des procès de Salem… et condamnée par un des ancêtres de Barnabas !              
  Pourtant, l’ancien vampire est prêt à tout pour gagner l’amour d’Antoinette, réparer les erreurs du passé et, surtout, protéger son nouvel amour et sa fille. Car, après avoir découvert un corps exsangue dans son ancien tombeau, il en est désormais certain, un nouveau vampire rôde à Collinsport… »

Traduction : Pascal Loubet

Couverture : Fer Gregory

Titre VO : Dark Shadows : The Salem Branch (2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *