Rêves de Gloire de Roland C. Wagner

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 6.5/10 (2 votes pris en compte)

Après l’assassinat du Général De Gaulle dans une embuscade, l’histoire a malgré tout continué. L’Algérie est restée partiellement française pendant que la France croule sous les gouvernements et régimes successifs. Un mouvement s’est créé dans l’Algérie, aidé en cela par la “Gloire”, drogue qui se répand au travers du mouvement Vautrien.

C’est dans cette Algérie qu’un disquaire va tenter d’atteintre le Saint Graal en un disque du groupe “Les Glorieux Fellaghas”.

Et moi, au milieu de toute cette agitation, je me dis, peiné et résigné, que, oui, je vais partir. Mon père était pauvre, mon grand-père était pauvre, mon arrière-grand-père je ne sais pas mais il ne devait pas rouler sur l’or non plus. La France, c’est l’espoir que les miens vivent mieux, c’est l’espoir que mes fils aient une meilleure éducation et un meilleur travail, c’est l’espoir que mes filles trouvent un meilleur parti.

Cette quête du disque des “Glorieux Fellaghas” est  un peu le fil rouge d’un récit qui va nous entraîner entre la France et l’Algérie, dans une histoire revisitée, une uchronie pourrait-on dire, si ce n’est que certains des passages nous rappelle malgré tout la situation atuelle.

Le récit, ou plutôt la somme des récits, de Roland va nous permettre de plonger dans une Algérie / un Algérois bouillonnant, au coeur d’une culture musicale mais surtout en compagnie d’acteurs variées, dans des situations différentes.

La Gloire est la drogue emblématique du mouvement des Vautriens, des non-violents qui se réfugient dans la Casbah, par rejet de ce qui se passe en métropole.

Un ouvrage vraiment à part, entraînant et plein de vie !

L’Atalante (Avril 2011) – La Dentelle du Cygne – 695 pages – 24.50 € – 9782841725403
Couverture :
 Gilles Francescano

Le 17 octobre 1960 à 11 h 45 du matin, la DS présidentielle fut prise sous le feu d’une mitrailleuse lourde dissimulée dans un camion à la Croix de Berny.
Le Général décéda quelques instants plus tard sur ces dernières paroles : « On aurait dû passer par le Petit-Clamart. Quelle chienlit…». De Gaulle mort, pas de putsch des généraux, pas d’OAS, pas d’accords d’Evian, pas de référendum, et Alger reste française. De nos jours, à Alger, l’obsession d’un collectionneur de disques pour une pièce rare des années soixante le conduit à soulever un coin du voile qui occulte les mystères de cette guerre et de ses prolongements… Un roman polyphonique et jubilatoire sur lequel souffle le vent de l’histoire.

 

Rêves de Gloire de Roland C. Wagner, 6.5 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *