Régulateurs (Les) de Richard Bachman

Par un bel après-midi ensoleillé, une petite ville tranquille des Etats-Unis suit son cours : lavage de voiture dans le jardin, frisbee entre jeunes … Bref, le train-train du samedi quand il fait beau. Seulement, une ombre vient ternir ce joli tableau. Au cours de l’après-midi, un van rouge descend du haut de la rue et la paix qui régnait alors dans le quartier disparaît : c’est la terreur, la folie qui s’installe. En effet, ce van, comme sorti de l’imagination d’un enfant, ouvre le bal de la terreur en faisant retentir un concert de mitraillettes ! ce van, suivi de plusieurs autres, descendra la rue plusieurs fois dans la journée et dès lors, les habitants se font bombardés par des armes lourdes. Au fur et à mesure que le soir approche, le monde se met à changer : le décor du quartier devient une sorte de far-west dessiné par un enfant.

Je ne vous ferais pas l’injure de dire que Richard Bachman est en fait l’autre pseudonyme de Stephen King. Ce livre a été écrit en même temps que Désolation et reprend les mêmes personnages qui se retrouvent par contre dans des situations différentes. Pourquoi le king a t’il repris son pseudonyme de Rochard Bachman? Tout simplement parce que les livres écrit sous ce nom, s’éloigne de l’horreur traditionnel pour tourner plus vers le livre d’action teinté d’une critique social. Vous l’aurez compris, même s’il lorgne un peu sur le fantastique, « les régulateurs » est avant tout un thriller d’une rare efficacité. Il dénonce ici, l’influence que peut avoir la télévision sur les américains.
J’ai toujours trouvé les livres de Richard Bachman plus percutants que ceux de Stephen King (même si j’adore également ces derniers). C’est vous dire si ce livre m’a enthousiasmé. Laissez vous tenter, vous ne le regretterez pas :-)).

Dans la petite ville paisible de Wentworth, en plein coeur des Etats-Unis, règne une chaleur caniculaire. En fond sonore, ce symbole rassurant de la vie banlieusarde : le ronronnement régulier des tourniquet d’arrosage. Une fin d’après-midi comme tant d’autres ; cependant, le tonnerre se met à gronder et, au même moment une fusillade éclate, bouleversant la quiétude de la population. Puis les montres s’arrêtent, le numéro d’urgence de la police ne répond plus. Et la terreur s’empare de tous. Lorsque la voiture de Mary Jackson déboule à tombeau ouvert, on est bien loin de cette fin de journée paresseuse de juillet… Que s’est-il passé ? Qui peut bien en vouloir à cette localité sans souci ?
Le Livre de Poche (1996)802 pages 6.61 € ISBN : 2253151505

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *