Rohel : cycle de Dame Asmine d

Cycle de Rohel le Conquérant (Le) 1

Le Chêne vénérable
Suite à l’explosion d’un laboratoire de recherche, Rohel le Vioter, agent du jahad, le service secret de l’église du Chêne Vénérable, recueille la formule du Mentral, une suite de sons capable de déformer un écosystème. Il décide de s’enfuir, mais ses supérieurs déclenchent la capsule de poison qu’il porte. Grâce à sa formation de princeps d’Antiter, sa planète natale, il survit et s’écrase sur Orginn. Là bas, il est recueilli par un homme, qui lui révèle être un hérétique dirigeant un réseau de résistance contre l’église. Il l’iade à brouiller ses ondes mentales, puis le soigne temporairement de son poison, avant de lui révéler que la dame Asmine d’Alba pourra le soigner. C’ets à ce moment là que le Jahad retrouve sa trace. Il doit fuir, emportant avec lui son lourd secret. Une longue errance commence alors.

Les maîtres sonneurs
La lointaine planète Illith est entièrement recouverte par une jungle hostile, où les hommes tentent de survivre de leur mieux. C’est au fin fond de cette jungle, près des sources d’un immense fleuve que se trouve Meredith, la cité des maîtres sonneurs. Mais la faune et la flore ne sont pas les seuls ennemis de notre héros, il doit aussi affronter les guerres tribales. En effet, les premiers colons de la planète étaient des exilés qui, progressivement, ont rétrogradé jusqu’à vivre en complémentarité avec la nature. La foi du chêne a du mal à s’y implanter, les voyageurs trop souvent attaqués. Rohel devra cependant remonter le fleuve et braver leur hostilité. Pour ce faire, il embarque comme garde du corps dans l’expédition d’Urtelande de Pandoule, une jeune femme partie à la recherche de son mari perdu dans la jungle. Mais nombreux sont ses adversaires.

Les Mondes des franges
Suite à sa téléportation, Rohel se réveille dans le désert d’herbe de Madrilange, une immense étendue déserte en proie à une tempête quasi perpétuelle. Après des journées d’errance, le poison l’assaille de nouveau et, en pleine crise de délire, il est guidé mentalement par un mystérieux interlocuteur qui l’amène jusqu’à son terrier souterrain. Là, il se rend vite compte que ses sauveurs ne sont autres que les héritiers légitimes du trône de Florilange, des mutants aux forts pouvoirs psys détrônés par le chêne vénérable qui ont décryogénisé leurs ennemis. Il conclut un marché avec les héritiers, son aide pour les aider à retrouver le pouvoir contre son passage jusqu’à Agondange. Marché bien inégal, marché de dupes où Rohel a bien plus de valeur qu’il ne le croit.

Lune noire
Suite à l’aide apporté aux héritiers légitimes de Florilange, Rohan se retrouve sur la planète Agondange, avec un peu plus d’argent que d’habitude!! Il est alors abordé par un homme répondant au doux surnom de tibi, assez étrange du fait du tube planté en plein milieu de son front. Il lui révèle être un lecteur aurique, un individu capable de lire l’aura entourant les hommes pour lire leur identité. Il a deviné que Rohel, empoisonné, voulait se rendre sur la Lune noire. Il lui propose d’escorter une journaliste, Crista Dorr, qui veut participer au pélerinage des jadgë sur la lune, le peuple des espaces, pour faire un reportage dessus. Mais si elle est surprise, elle sera impitoyablement tuée. Et il n’a guêre le choix, car les jadgë sont les seuls à avoir accès à la lune, il ne peut que demander son adoption afin d’y accéder.

Asmine d’Alba
Rohel a enfin réussi à atterrir sur la lune noire, le domaine de la dame Asmine d’Alba. Mais la lune est vaste, et l’île de la dame lointaine. Alors qu’il se dirige encore vers sa cachette, un su-pra du Chêne se lance encore sur ses pas, accompagné cette fois d’un enfant-limier, un enfant entrainé dès son plus jeune âge pour lire les ondes et y chercher des proies. Un pouvoir infaillible qui risque bel et bien de le mener à sa perte cette fois. Sur sa route, il fera la rencontre de la belle Orielle , une fille qui se dit venu du monde des Parfaits, une race d’homme qui s’est dépouillée de son individualité pour maîtriser le pouvoir de la lumière. Selon elle, Asmine serait une de ses congénères bannies pour avoir montré trop de compassions pour les goms, les humains primitifs. Et depuis lors, elle a erré de monde en monde jusqu’à se cacher sur la lune noire, où elle a été capturé par les seigneurs des abysses, les ennemis mortels et ataviques des Parfaits.

Rohel est une série fleuve, composée de 14 romans, voire plutot de feuilletons, qui s’enchainent les uns à la suite des autres avec une très brève ellipse entre chacun. Autant dire qu’ils se suivent selon un ordre logique et bien défini, accessible au lecteur. 14 romans divisés en 3 cycles, dont nous voyons ici le premier, celui de la Dame Asmine d’Alba, écrit en 1992 et 1993.

Pour les lecteurs qui connaissent déjà Pierre Bordage, ils ne manqueront pas de remarquer que c’est à cette époque qu’a été écrite la suite des guerriers du silence, son premier roman paru chez l’Atalante. Et en effet, on ne manque pas de distinguer des ressemblances avec Terra Mater et la citadelle Hyponéros, meme plus que des ressemblances, puisque certains détails sont carrément recopiés. Ainsi l’église du chene vénérable et ses fours à déchets, sa hiérarchie, ses pratiques rituelles, n’est pas sans nous rappeler l’église du Kreuz des guerriers du silence.

On y retrouve ainsi des thèmes typiques de Bordage, notamment la religion, toujours aussi aliénante, oppressante, néfaste à l’homme. D’autant plus qu’elle joue ici véritablement le role du grand méchant, avec par exemple le Jahad, son service secret, qui n’hésite pa sà tout balayer sur son passage pour récuperer le Mentral. Cependant, à part la critique de la rleigion, on reste globalement dans une optique de roman d’aventure.

C’est aussi un beau rassemblement de clichés, qui se répètent livre après livre, sans que l’auteur ne semble se lasser de nous les seriner constamment, ce qui n’est pas notre cas à nous lecteurs. Entre les femmes qui capturent les lèvres, la chevelure d’Ambre de Saphyr, les constantes jérémiades des compagnes de voyage de Rohel, dépitées de déployer leurs charmes en vain, et les méchants su-pra, tous plus impitoyables et infects que les autres. On a quasiment l’impression de relire la meme chose, tout n’est que clichés, répétitions sans fin. Et que dire de l’intrigue, qui n’est guere meilleure : Rohel arrive sur cette planète, il doit atteindre un certain lieu, doit pour cela s’acoquiner avec une femme, fatalement. Il rencontre des méchants, soutenus par l’Eglise, fatalement. Il y a des autochtones insectes ou mutants qui se mettent sur leur chemin, pour les aider ensuite, fatalement. Et on finit par une grosse bataille où tout se résout à l’avantage de Rohel, qui a encore eu le temps de séduire à son insu sa compagne, à laquelle il refusera de céder à ses avances si il la soupçonne d’etre une courtisane, ou alors il cédera si elle est vierge, fata…..

Car on retrouve un problème assez récurrent, c’est à dire que les femmes sont toujours assez, voire trop, faciles à séduire. Elles tombent toutes dans son lit, tot ou tard. Et si elles ne sont pas vierges, alors elles lui préparent un sale coup, à base de poire et autres seringues visant à l’empoisonner ou à en faire un mouton belant et obéissant. Ah oui, il ne fait pas bon etre une femme dans un livre de Bordage, on n’a jamais une très bonne moralité!

Cependant, on ne peut dénier que dans ce tome se présageiat déjà l’extraordinaire talent de conteur de Pierre Bordage, car malgré ses défauts, l’épopée de Rohel est plutot captivante. Et si vous etes particulièrement sensible au style de l’auteur, vous resterez peut etre meme accroché, sans réussir à vous décrocher avant d’avoir fini les romans, ce qui a été mon cas. Car il y a une énorme profusion de mondes bigarrés et multicolores, avec des moeurs et des institutions différentes, des personnages originaux ( pour les gentils il s’entend) et des descriptions hautes en couleur. Sans parler des combats très dynamiques, meme si Rohel a une facheuse tendance à toujours tomber sur les talons et à passer dans un mode de conscience supérieure en plein combat, encore deux clichés récurrents tiens, qui lui assurent une indéniable supériorité sur ses ennemis. Ceux ci, meme en supériorité numérique et technologique, ne peuvent rien contre lui, il est vraiment trop fort. Et surtout, il y a toujours un petit deus ex machina pret à venir le sauver s’il a vraiment des problèmes, c’est à dire tout le temps.

Globalement, ce n’est pas la plus grande réussite de Pierre Bordage quant à la qualité, trop faible, trop répétée, mais c’est tout de meme un bon divertissement, qui vous fera passer de bons moments. Néanmoins, si vous n’etes pas un fan de Bordage, la lecture reste facultative, ce n’est pas le livre qui vous donnera envie de le lire ou qui bouleversera votre vie. D’autres livres sont plus à meme de vous amener dans cet état là.


Dans un univers dévasté par des siècles d’obscurantisme surgit un homme au destin exceptionnel : Rohel Le Vioter. Manipule par le “Cartel des Garloups” qui a enlevé sa fiancée Saphyr, il dérobe à l’Eglise du Chêne Vénérable une formule mentale aux pouvoirs fabuleux. Le voici contraint de faire face aux puissances résolues à s’emparer du secret. Car, pour les peuples innombrables des galaxies, il incarne l’espoir d’une liberté retrouvée.
L’Atalante La dentelle du cygne (1999)850 pages 9.99 € ISBN : 2-84172-109-4 Couverture : Gess
Vaugirard 1992

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *