Roma Aeterna de Robert Silverberg

Si l’empire romain n’avait jamais disparu, le monde aurait été radicalement différent, cela va sans dire. Et c’est ce que nous présente Robert Silverberg à travers différents sauts dans le temps, à des périodes charnières de l’histoire revisitée… Réaction d’un romain par rapport à la montée en puissance d’un personnage charismatique dans l’empire musulman, invasion du Mexique….
Pas très convaincu par le style et n’ayant pas trouvé passionnante les histoires, je dois reconnaître que le livre est intéressant pour l’exercice même.

Et si l’Empire romain n’avait jamais disparu ?
Voici l’histoire parallèle d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana.
Le christianisme y est inconnu, ne serait-ce que parce que les Juifs n’ont jamais réussi à quitter l’Egypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’Empereur élimine un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’Islam.
La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum. Vers l’an 2650 A.U.C. (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la Ville), qui correspond à la fin de notre XIXè siècle, le téléphone existe et l’automobile fait son apparition.
Une uchronie saisissante par un des grands maître de la science-fiction.

Le Livre de Poche Science-Fiction (Février 2009)398 pages 22.00 € ISBN : 9782253089889
Traduction : Jean-Marc Chambon
Titre Original : Roma Aeterna (2003)

Couverture : Jackie Paternoster
Robert Laffont 2004338 pages 22.00 € ISBN : 2-221-09854-4
QuatrièmeEt si l’Empire romain n’avait jamais disparu ?
Sur près de deux mille ans, Robert Silverberg illustre par tableaux successifs l’histoire parallèle d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax romana.
Le christianisme y est inconnu, ne serait-ce que parce que les Juifs n’ont jamais réussi à quitter l’Egypte des Pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’Empereur élimine un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’islam.
Ainsi, l’Empire a survécu, avec ses dieux auxquels personne ne croit. Trop vaste pour être gouverné par un seul homme, il est divisé en duex zones d’influence, l’Empire d’Orient et l’Empire d’Occident qui parfois se chamaillent, se font même la guerre mais finissent toujours par se réunifier.
La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum. Vers l’an 2650 AUC (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la ville), qui correspond à la fin de notre XIXè siècle, le téléphone existe et l’automobile fait son apparition…
L’Amérique a été révélée à peu près à l’époque de nos Grandes Découvertes, mais après deux tentatives d’invasion, l’Empire renonce et les étranges sociétés de l’Outre-Atlantique poursuivent leur développement. De même, Rome ne s’attaque jamais sérieusement à l’Inde et à la Chine : l’Empire est déjà trop grand, trop difficile à gérer et à maintenir uni.
Pourtant, un empereur entreprend de faire le tour de la Terre et y parvient.
Quand au peuple juif, c’est dans l’espace qu’il tente son Exode

Laisser un commentaire