R

La Compagnie Noire 5

Le capitaine Toubib est mort, au milieu d’un champs de bataille où il y a plus de sang que de terre. Madame, sa compagne, reprend ses bonnes vieilles habitudes de commandement, pas pour devenir maîtresse du monde, mais pour venger celui qu’elle aimait. En même temps, elle va aussi reprendre le poste d’annaliste. Son ses ordres, la Compagnie noire, qui n’avait ressuscitée que par la volonté de Toubib, qui avait besoin d’elle pour rejoindre Khatovar, va devenir une armée de vengeance, travaillant pour elle-même. Ceux qui croient l’employer vont vite s’en apercevoir. Tromper un vieux singe comme Toubib n’était déjà pas facile, mais avec Madame, cela révèle de l’impossible, sauf lorsque ce sont d’anciennes et proches connaissances qui jouent avec elle. Elle sera soutenue dans sa mission par une secte la prenant pour la représentation vivante de leur déesse, Kina, divinité aux rites sanglants, servie par une armée de tueurs (entendre d’assassin) implacables.

Un volume qui garde l’élan de Jeux d’ombres, relancé par la mort de Toubib. Encore une fois, chacun va être coincés entre franc massacre et tromperie insidieuse. Je ne m’entendrais pas sur ce cinquième livre, de peur d’en dire trop et de vous en gâcher le plaisir. En tout cas, à bientôt pour les volumes six et sept.

La poussière retombe après la bataille et le tableau n’est guère reluisant. Toubib laissé pour mort sur le champ de bataille, Gobelin et Qu’un Œil manquant à l’appel… autant dire que la compagnie a essuyé de sérieux revers. Il est temps de reprendre les choses en main. C’est ce que Madame va s’employer à faire, quitte à redevenir le tyran maléfique qu’elle fut jadis. Les assassins fanatiques du culte local ne s’y trompent d’ailleurs pas et voient en elle l’incarnation de Kina, la déesse du meurtre qu’ils vénèrent. Voilà une main d’Œuvre dévouée et efficace sur laquelle Madame peut maintenant compter. Après tout, qui sait s’ils n’ont pas raison, Madame ferait une parfaite candidate, d’autant plus que l’Année des crânes, qui marquera le retour de Kina, se profile à l’horizon.
J’ai Lu Fantasy (Octobre 2006)411 pages 7.80 € ISBN : 2-290-34878-3
Traduction : Alain Robert
Titre Original : Dreams of steel (1990)

Couverture : Didier Graffet
Atalante 2001396 pages 16.00 € ISBN : 2-841-72184-1
QuatrièmeLe capitaine Toubib est mort.
Bien mort ?
Rescapée du massacre de Dejagore, Madame crie vengeance. Vaille que vaille, elle regagne Taglios pour lever une nouvelle armée contre les Maîtres d’Ombres qui assiègent toujours la ville défendue par Mogaba et les survivants de la Compagnie noire. Or chaque nuit une mystérieuse force l’assaille et l’accable de visions morbides. Est-ce la voix de Kina, déesse du mal idolâtrée par une secte secrète dont se revendiquent certains de ses proches ? S’il faut les en croire, tout annonce pour bientôt l’avènement de l’Année des Crânes et le bain de sang général qui s’ensuivra…
“Voici, en addition aux annales de la Compagnie noire et dans la tradition des annalistes qui m’ont précédée, le livre de Madame. Madame, annaliste, capitaine.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *