Saga de Hrolf Kraki (la) de Poul Anderson

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Une vraie réussite. Un grand plaisir. Je pourrais m’arrêter là. Mais ce n’est pas vraiment le but de mes résumés de lecture. Je me souviens avoir lu d’autre grande saga nordique, Les Eddas. Cette fois, c’est un auteur américain, plus connu pour ses Œuvres de sciences fiction, qui fait revivre le passé du vieux monde. Et de belle façon.
Après un avant-propos de l’auteur, qui replace historiquement le récit, ainsi que sa genèse, vous allez pouvoir plonger dans un monde de brutalité, et surtout d’héroïsme, où si certain avait le rêve de nation paisible, ce rêve n’était que pour leur clan, au maximum pour leur peuple. Le reste des vivants n’étant qu’ennemis potentiels, prétexte à combats glorieux et trésor de guerre. Cela peut paraître barbare à notre époque (bien que), mais c’était leur vie. Une vie dirigée par le Destin et les dieux, plus des règles impossible à éviter sous peine de l’inévitable sanction, une mort plus ou moins douce. Hrolf Kraki fut l’un des chefs danois les plus connus, même si ses hauts faits ne sont pas aussi connus à notre époque que ceux de Bewulf. La saga retrace l’histoire de ses parents, de sa naissance et de sa vengeance, mêlant combats épiques, magie des runes, trahison, amitié et amour. Et oui, ces brutes sanglantes étaient aussi capable d’amitié et d’amour, mais cela était réservé à leurs proches. Et si la mort était une évidence, il fallait qu’elle arrive de « belle » façon pour ces hommes, guerriers pendant la belle saison, celle où l’on pouvait traverser els mers et les pays ennemis, fermiers, maître de maison le reste du temps.

Un peuple à découvrir, grâce à Poul Anderson, qui a su mêler récit épique et description de la vie à cette époque. Les menus détails, les descriptions, le vocabulaire, des fois pas évident à suivre, surtout pour les noms, vont vous transporter dans ce monde des sagas nordiques. A vous de choisir qui prendre comme exemple, ce roi sage, qui ne recherche que la paix, tout en sachant que cette paix n’existe que grâce aux guerres de son frère. Ce frère qui ne recherche que la gloire du combat. Ou bien ces guerriers, ces héros qui les accompagnent, protégés et maudits à lafois par la Destinée, mais qui ne reculent devant rien. Ou bien encore, cette reine, fille et femme du même homme, mais que la vie n’arrive pas à briser. Aucun de ceux-là ? Alors il vous reste à découvrir les autres personnages de cette saga, et peut-être vous reconnaître dans l’un d’eux.

En tout cas, bonne lecture.

Il est l’héritier des ténèbres. Son père est mort dans un odieux complot. Son grand-père à péri de la main de son propre frère….
Il est le fils du pouvoir.
Dans ses veines coule le sang des Skjoldung, souverains d’un Danemark impitoyable et sauvage.
Il est Horlf Kraki, le plus grand prince danois du Haut Moyen Age, né d’un amour incesteuex, en guerre pour accéder au trône.
Voici le récit d’une époque où régnait la magie des runes, où les êtres surnaturels marchaient aux côtés des hommes, où l’histoire s’appelait Destinée et avait pour couleur celle du sang versé.

Le Bélial (2004)311 pages 19.00 € ISBN : 2-84344-055-6
Traduction : Pierre-Paul Durastanti
Titre Original : Hrolf Kraki’s saga (1973)

Couverture : Guillaume Sorel
Réédition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *