Sanctuaire de James Herbert

Fen est journaliste “local” qui fait la tournée des évènements de sa région lorsqu’il croise la route de la jeune Alice, près d’un grand arbre, à proximité d’une église complètement hypnotisé. Cette dernière lui dit quelques mots qui mettent mal à l’aise l’homme… Lorsqu’il en parle au prêtre, ce dernier se montre surpris car Alice est sourde et muette. A partir de cet instant, d’étranges évènements vont commencer à se produire.

Ce titre de James Herbert est certainement un des plus effrayant que j’ai lu : cette petite fille aux pouvoirs immenses et surtout à l’origine inconnue à tout pour rendre l’atmosphère lourde. Lorsque vous rajoutez à cette base “fantastique” des problématiques purement humaines, à savoir la volonté de vouloir tirer absolument profit de tout ce qu’il est possible sans se poser les bonnes questions auparavant, on se retrouve avec une très bonne histoire. Entre les commerçants qui voient dans ces miracles la possibilité de relancer l’économie d’un village totalement frappée par la crise et une église qui voit dans cette histoire, une possibilité de ramener des fidèles vers la table de Dieu, bien qu’il tente de faire preuve d’une certaine retenue dans leur communication, le scepticisme de Fen est mis à rude épreuve.
Personnage clé de l’histoire, le journaliste fait preuve d’un rationnalisme qui le met totalement au ban de ces covillageois et va entraîner l’explosion de son couple.
De son côté, Alice, qu’on rapproche forcément du personnage de Lewis Carroll du fait des citations d’Alice aux Pays des Merveilles présentes à chaque début de chapitre (ou presque) est le personnage qui va le plus fasciné, on va d’abord être emballé par la revanche sur le handicap, puis on se mettra à douter de ses motivations.
Le côté intéressant du roman se situant aussi dans la façon dont se définirait un miracle car au centre de cette intrigue, l’Eglise doit se poser la question de l’aspect miraculeux de l’intervention d’Alice, et les critères présentés sont – si je ne me trompe pas – les vrais critères appliqués par l’Eglise Catholique pour les définir.
Un roman que j’ai trouvé prenant, même si j’ai trouvé la fin un peu légère… Je m’attendais à plus de superbe 😉

Fen est journaliste “local” qui fait la tournée des évènements de sa région lorsqu’il croise la route de la jeune Alice, près d’un grand arbre, à proximité d’une église complètement hypnotisé. Cette dernière lui dit quelques mots qui mettent mal à l’aise l’homme… Lorsqu’il en parle au prêtre, ce dernier se montre surpris car Alice est sourde et muette. A partir de cet instant, d’étranges évènements vont commencer à se produire.

Il fallait quelqu’un de totalement innocent pour entrouvrir les portes de l’enfer.
Alice, une petite fille sourde et muette, retrouve soudain la parole après être restée fascinée devant un chêne centenaire. Elle dit avoir été visitée par l’Immaculée Conception et se met à opérer des miracles. Très vite le chêne devient un lieu de pèlerinage pour des milliers d’incurables et Alice acquiert une réputation de sainteté. Néanmoins le mystère reste entier. Jusqu’au jour où le prêtre du village est menacé dans sa propre église par une force inconnue.
Le doute germe alors dans les esprits. D’où provient réellement le pouvoir d’Alice ?

Milady (Juin 2009)568 pages 7.00 € ISBN : 9782811201340
Traduction : Anne Crichton
Titre Original : Shrine (1983)

Couverture : Anne-Claire Payet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *