Sang pour sang : le reveil des vampires de Jean Marigny

Ce livre est un essai sur la place du vampire dans les sociétés humaines. Il se base sur les mythes antiques, puis les récits historiques, les légendes populaires pour nous présenter l’évolution de l’image du vampire, son origine, ses caractéristiques, ses multiples avatars à travers les siècles. Nous aboutissons enfin au Dracula de Bram Stoker, qui a enflammé l’imaginaire populaire et inscrit durablement l’image du vampire dans la sociét moderne, via de nombreux films et livres.

Nous découvrons ainsi les stryges, les lamies, mais aussi les hommes qui, dans de multiples pays, ont enraciné la peur du vampire dans les traditions par leurs comportements suspects et sanguinaires, notamment le célèbre Vlad Tepes, mais aussi Gilles de Rais ou Erzsebet Bathory. Le propos est agrémenté de nombreux illustrations, d’extraits de livres ou de documents historiques. Un ouvrage riche et bien documenté, qui se lit facilement.

Ce livre est un essai sur la place du vampire dans les sociétés humaines. Il se base sur les mythes antiques, puis les récits historiques, les légendes populaires pour nous présenter l’évolution de l’image du vampire, son origine, ses caractéristiques, ses multiples avatars à travers les siècles. Nous aboutissons enfin au Dracula de Bram Stoker, qui a enflammé l’imaginaire populaire et inscrit durablement l’image du vampire dans la sociét moderne, via de nombreux films et livres.

Nous découvrons ainsi les stryges, les lamies, mais aussi les hommes qui, dans de multiples pays, ont enraciné la peur du vampire dans les traditions par leurs comportements suspects et sanguinaires, notamment le célèbre Vlad Tepes, mais aussi Gilles de Rais ou Erzsebet Bathory. Le propos est agrémenté de nombreux illustrations, d’extraits de livres ou de documents historiques. Un ouvrage riche et bien documenté, qui se lit facilement.

L’Antiquité eut ses divinités assoiffées, le Moyen Age ses pervers sanguinaires. Au XVe siècle, l’Église immortalisa les morts-vivants en les reconnaissant. Le vampire avait maintenant droit de cité.
Trois siècles plus tard, en pleine raison triomphante, la psychose est générale. Le vampire est connu, décrit : un «revenant en corps», réfractaire à la croix, éventuellement à l’ail… Le théâtre de la terreur est posé. La littérature romantique va le consacrer, avec, dans le rôle du saigneur, Dracula, de Bram Stoker. Un siècle plus tard, le cinéma lui donne corps, dans tout l’achèvement de sa terrible splendeur. Jean Marigny traque cette figure polymorphe dans les lieux mêmes où elle se réfugie : la nuit, la mort, le temps perdu.

Gallimard découvertes (2003)ISBN : 2-07-053203-8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *