Saturne de Christophe Lartas

Saturne s’est donné comme mission de purifier le monde et pour cela, il doit détruire l’humanité, responsable de la mauvaise santé de la planète… C’est la raison pour laquelle il parcourt les continent et le monde, mangeant et tuant tous les hommes, les femmes, les enfants, ne prenant le risque de ne laisser aucune trace de cette engeance.
Cela étant, il n’est pas en mesure de déterminer ce qu’il fera une fois sa mission accomplie.

Ce roman est étrange, il est étonnant de voir avec quelle violence sont racontées les voyages de Saturne et ses rencontres avec les survivants qui essaient par tous les moyens de l’amadouer en essayant de faire jouer la compassion, en essayant de faire jouer l’amour ou tout simplement en essayant de le combattre… Il semble que rien ne marche et je pense que le plus surprenant avec Saturne est cette facilité de lire – sans en être dégoûté – toute cette boucherie.. Car il s’agit d’une boucherie et il convient de préciser pour les personnes qui ont l’âme sensible qu’il est indispensable qu’il détourne le regard de ce petit format.
Si, comme vous avez pu le comprendre, on se repait assez facilement de cette violence “gratuite” (car nous ne savons finalement pas la cause profonde de cette destruction en masse et surtout nous ne savons pas la suite de ces aventures et son devenir), on pourra toutefois regretter le prix élevé de ce format, plus petit par la taille et par la contenance à d’autres format poche et vendu à 9€.
L’explication tenant sûrement dans le faible volume de tirage je pense.

Philippe Gindre de La Clef d’Argent nous donne des infos sur les coûts :

Là, il n’y a hélas rien à faire. Nos livres nous reviennent entre 2,50 et 3,50 euros chez l’imprimeur. Ensuite, il y a les frais de port que nous prenons à notre charge, la marge des libraires (35% en moyenne, 40% pour les fnac), etc. Bien sûr, si on compare avec de gros éditeurs qui tirent par milliers d’exemplaires, ça peut paraître cher, mais le fantastique intéresse tellement peu de monde en ce moment que nous sommes désormais obligés de faire des tirages de 100 ou 200 ex., ce qui augmente mathématiquement le prix à l’unité. C’est un peu comme si on comparait le prix d’un fromage bio acheté à la ferme et une boîte de Vache qui rit, ce sont deux domaines complètement différents et sans rapports.
C’est dommage, mais les gens lisent de moins en moins, et peu de fantastique. Il faut se dire que c’est le prix à payer pour continuer à lire des livres en papier qui sortent un peu de l’ordinaire.
Ceci dit, il y a aussi des lecteurs ou des libraires qui trouvent nos prix raisonnables ou bas, je ne sais pas en fonction de quoi >> http://bourgogne.darkbb.com/presentations-d-auteurs-f52/nihil-messtavic-t1559.htm?highlight=avantages

Saturne ne mange plus de fruits depuis longtemps, ni de miel. Il se nourrit exclusivement des êtres, quoique cela le dégoûte. Lorsqu’il n’y aura plus d’hommes, peut-être recommencera-t-il à apprécier les offrandes de la nature? Ou peut-être se passera-t-il à tout jamais de manger? Tout compte fait, cela serait bien mieux. Car il est las de la vie: tout ce qui a trait à elle l’indispose chaque jour davantage…
La Clef d’argent NoKhThyss (Décembre 2007 )78 pages 9.00 € ISBN : 9782908254570 Couverture : Fernando Goncalvès Felix

Laisser un commentaire