Serviteur du cristal de R.A Salvatore

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 10.0/10 (1 vote pris en compte)

Séquence :Les Mercenaires n°1
Le célèbre assassin, Artémis Entreri, ancien ennemi juré de Drizzt Do’Urden, était le maître occulte de Portcalim, jusqu’à l’arrivée du drow Jarlaxle et de ses mercenaires, sortis des tunnels d’Outreterre pour s’enrichir à la surface. D’abord alliés, Artémis et Jarlaxle ont vite trouvé la ville trop petite pour eux deux. Une rivalité larvée qui ne les a pas empêchés de développer une étrange amitié… Tout change quand Jarlaxle entre en possession de l’Eclat de Cristal, une relique magique qui pervertit l’esprit de son détenteur. Sous son influence, le chef des drows menace de réduire à néant les efforts d’Entreri. Répugnant à exécuter son “ami”, Artémis décide de s’en prendre à l’Eclat de cristal. La première erreur de sa vie… qui risque d’être la dernière.
Milady : Après avoir revécu les aventures de Drizzt Do’Urden avec la réédition de la Légende de Drizzt, Milady nous propose de redécouvrir la première aventure commune de Jarlaxle et Artémis, avant d’en découvrir les suites inédites. Si les fans des personnages seront ravis de ne pas avoir à patienter que toute la Légende de Drizzt soit rééditée pour découvrir ces aventures, les lecteurs qui auront découvert les personnages pour la première fois avec l’édition de Milady risquent cependant d’être un peu perdus à la lecture du premier volume de cette nouvelle trilogie qui n’est pas si indépendante qu’elle voudrait le laisser paraître.
      Car à la lecture du roman, on sent que l’auteur part du principe que ses lecteurs connaissent déjà quelque peu les éléments de cette aventures, personnages et lieux. Pour un lecteur connaissant déjà toutes les aventures de Drizzt, ce n’est donc pas troublant, mais je pense que pour un lecteur qui découvre ces romans pour la première fois, les choses seront plus difficiles.

      Cependant, cela ne retire rien à la qualité de cette aventure vraiment prenante, qui tout en donnant naissance à un nouveau duo d’aventuriers et anti-héros parfaits, ce roman met également un terme à une autre histoire, celle de l’éclat de cristal qui avait débuté avec la quatrième aventure de Drizzt (et même la première en terme d’année d’édition originale). C’est donc une page qui se tourne, et de très belle manière.
      Car si ce duo de personnages est vraiment excellent, il est également entouré de bien d’autres tout aussi bons, et l’intrigue de ce roman est vraiment magnifiquement construite. Comme à son habitude, l’auteur découpe son roman en plusieurs parties (ici trois) bien distinctes, les premières plutôt basées sur des intrigues d’ordre politiques, et la dernière plutôt sur l’action, notamment dans cette partie finale décrivant de nombreux affrontement, comme seul Salvatore sait les décrire.

      Mais la grosse déception de cette réédition par Milady concerne les noms propres de certains personnages. Car alors que l’éditeur a décidé de reprendre la traduction de Fleuve Noir, des “corrections” ont été faites concernant les noms propres, mais on s’interrogera sur celle-ci.
      Pourquoi, par exemple, le personnage de Ray’Gy, ainsi nommé dans la version originale et dans la traduction de Fleuve Noir, devient-il ici Ray’Guy ? Mais encore, ceci n’est pas bien gênant, du moment que le personnage porte le même nom dans les autres romans où il apparaît, faisant partie de la Légende de Drizzt. Par contre, concernant les frères nains Ivan et Pikel Larmoire, ainsi nommés à la fois dans la traduction de Fleuve Noir, et dans celle de Milady sur le roman Le Roi Orque, et qui ont dans cette “correction de traduction” changé de nom pour devenir, les frères Fortroc, c’est un peu plus gênant. Car les mêmes personnages n’ont pas le même nom dans deux romans chez le même éditeur. On retrouve donc là ce qu’on a pu parfois reproché à Fleuve Noir, preuve qu’il n’est pas facile de faire attention à tous ces détails de traduction de noms propres quand plusieurs traducteurs collaborent à une même collection. On s’interrogera cependant sur la nécessité de corriger ce nom alors qu’il était correct dans la traduction de Fleuve Noir.
      Mais bon, la magnifique couverture de Todd Lockwood, qui avait pourtant déjà illustré la précédente traduction, fera un peu mieux passer la pilule concernant cette “petite” erreur de nom, qui reste malgré tout bien peu de chose à côté de la qualité de l’aventure que propose ce roman.

Fleuve Noir : Pour commencer, on peut noter l’idée originale que les deux ennemis de Drizzt Do’Urden deviennent les héros d’un roman car on finit par s’attacher à ces personnages de la même manière qu’on s’attache à tous les héros de la saga.
Sinon, comme dans tous les romans de la séquence, l’histoire est découpée en plusieurs parties : ici 3. Les deux premières parties sont très politiques et stratégiques, si bien que l’histoire avance très doucement et il ne se passe pas beaucoup d’action, tandis que la dernière partie est plus mouvementée, jusqu’à une fin qui laisse une ouverture à d’autre aventures en parallèle de celles de Drizzt Do’Urden.
A mon avis, ce roman ne peut qu’enchanter les adeptes de la séquence de Drizzt, qui verront sous un autre jour les personnages d’Artémis Entreri et de Jarlaxle, et qui en apprendront plus sur les origines de Crenshinibon. Par contre, je ne pense pas qu’une personne ne connaissant pas du tout la séquence accrocherait facilement à ce roman.
Donc évidemment, je le conseillerais à tous ceux qui connaissent la séquence, mais je préviendrais les autres que ce roman pourra leur sembler long et risque de ne pas les accrocher.

Quatrième : Le célèbre assassin, Artémis Entreri, ancien ennemi juré de Drizzt Do’Urden, était le maître occulte de Portcalim, jusqu’à l’arrivée du drow Jarlaxle et de ses mercenaires, sortis des tunnels d’Outreterre pour s’enrichir à la surface. D’abord alliés, Artémis et Jarlaxle ont vite trouvé la ville trop petite pour eux deux. Une rivalité larvée qui ne les a pas empêchés de développer une étrange amitié… Tout change quand Jarlaxle entre en possession de l’Eclat de Cristal, une relique magique qui pervertit l’esprit de son détenteur. Sous son influence, le chef des drows menace de réduire à néant les efforts d’Entreri. Répugnant à exécuter son “ami”, Artémis décide de s’en prendre à l’Eclat de cristal. La première erreur de sa vie… qui risque d’être la dernière.
Milady : Mai 2009 – 326 pages – 19.00 € – ISBN : 978-281120123 –
Traduction :Michèle Zacchayus et Sébastien Baert
Couverture :Todd Lockwood

Quatrième : Le célèbre tueur Artémis Entreri, ancien ennemi juré de Drizzt Do’Urden, a fait son chemin à Calinport.
D’intrigues en machinations, il est devenu le maître occulte de la cité, jusqu’à l’arrivée du Drow Jarlaxle et de ses mercenaires, sortis des tunnels d’Ombre-Terre pour s’enrichir à la surface. D’abord alliés, Artémis et Jarlaxle ont vite trouvé la ville trop petite pour deux gredins de leur envergure. Une rivalité larvée qui ne les a pas empêchés de développer une étrange amitié…

Tout change quand Jarlaxle entre en possession de l’Eclat de cristal, une relique magique qui pervertit insidieusement l’esprit de son détenteur . Sous son influence, le chef des Drows, victime de la folie des grandeurs, menace de détruire la toile de pouvoir patiemment tissée par Entreri.

Répugnant à exécuter son “ami”, Artémis décide de s’en prendre à l’Eclat de Cristal. La première erreur de sa vie … qui risque d’être la dernière ?
Fleuve Noir : 2000 – 237 pages – ISBN : 2-265-07601-5 –

Serviteur du cristal de R.A Salvatore, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *