Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.0/10 (1 vote pris en compte)

Après Joe Hill, Owen King est le deuxième fils de Stephen King à se lancer dans l’écriture, même s’il le fait de son côté avec son père.

Et là où j’avais réellement vu une différence entre l’écriture du père et de l’auteur de L’homme feu, j’ai trouvé que Sleeping Beauties aurait pu être totalement écrit par Stephen King.

Ce petit point précisé, je dois avouer que j’ai trouvé ce nouveau roman très intéressant par bien des aspects : comment vont réagir les hommes à la disparition des femmes ? Quelle est l’origine de cet étrange mal qui frappe les femmes ? Quel en est l’objectif ?

Car dès le début, nous entendons parler d’un étrange mal qui plonge les femmes dans le sommeil, en prenant le soin de les envelopper dans un cocon dont il est plus que dangereux de les sortir de ce sommeil “Aurora”.

Et comme c’est souvent le cas dans les histoires de Stephen King, l’histoire va prendre racine dans un petit village, ce mal s’ajoutant aux histoires locales et forcément impacté par les psychologies locales… Il faut noter que dans ce petit village se tient une prison pour femmes où certains hommes, d’ailleurs, profitent de leur situation “dominante” pour abuser des jeunes femmes.

Rapidement, la présence d’une femme qui ne s’endort pas va mettre le feu à la ville et entraîner une recrudescence de violence…

C’était curieux quand on y réfléchissait. Pourquoi ces émeutes ? Qu’espéraient les hommes ? Maura s’interrogeait : y aurait-il eu les mêmes incidents si ç’avait été l’autre moitié de la population qui s’était endormie sans se réveiller ? Sans doute pas.

Mais en plus de cela, nous allons voir le monde sombrer peu à peu dans un chaos de plus en plus marqué, l’inquiétude de chacun va se voir exorciser par les messages souvent contradictoires qui vont pousser à des actes d’une rare violence…

Dans un monde qui avait peur, les fake news régnaient en maître

Avec ce regard acéré qui le caractérise et fait que ses romans sonnent juste, Stephen King a, à mon sens, pris largement le pas sur son fils dans cet écrit mais au-delà de cet aspect, les deux auteurs nous font réfléchir sur ce que subissent les femmes au quotidien et l’importance d’une prise de conscience générale sur le sujet.

J’ai néanmoins regretter de ne pas en savoir plus sur ce qui motivait Evie et sur cet étrange lieu…

Une nouvelle fois, un roman intéressant à découvrir !

Albin Michel (Février 2018) – 821 pages – 25.90€ – 9782226400222
Traducteur
: Jean Esch (Etats-Unis)
Titre Original : Sleeping Beauties (2017)
Couverture : Jim Tierney et Federico Bebber

Un phénomène inexplicable s’empare des femmes à travers la planète : une sorte de cocon les enveloppe durant leur sommeil et si l’on tente de les réveiller, on prend le risque de les transformer en véritables furies vengeresses. Bientôt, presque toutes les femmes sont touchées par la fièvre Aurora et le monde est livré à la violence des hommes.À Dooling, petite ville des Appalaches, une seule femme semble immunisée contre cette maladie. Cas d’étude pour la science ou créature démoniaque, la mystérieuse Evie échappera-t-elle à la fureur des hommes dans un monde qui les prive soudainement de femmes ?

Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King, 8.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *