Soie Sauvage de Fabienne Leloup

Soie Sauvage : Barbara est devenue une inconditionnelle des araignées depuis la sortie à Paris qu’elle a fait durant une des sorties Arts plastiques… A tel point que, lors de leur déménagement, la vue d’un tatouage sur le bras d’un des déménageurs la fera réfléchir très sérieusement à l’éventualité de s’en faire un…
Il faut dire qu’elle n’est pas très heureuse coincé entre une mère qui ne l’aime que peu (pour ne pas dire qu’elle s’en moque totalement) et une cadette beaucoup plus jolie et ayant beaucoup plus de succès qu’elle auprès des garçons…
C’est décidé, elle se fait tatouer sur l’épaule une femme araignée à laquelle elle va donner le nom de la fameuse Arachné déesse changée en mygale dans la mythologie grecque… et le pire, c’est qu’elle est vivante, au point de rapidement prendre en main le destin de la jeune fille.

Penthouse : Abel est le “gardien” de la morgue et c’est toujours avec un sentiment de tristesse qu’il va laisser partir, une fois n’est pas coutume, le corps du mort…

Oeuvre de chair : (avec Alain Dorémieux) Artiste au talent incontesté mais au style dérangeant, Moïra vient présenter sa dernière Œuvre… dans tous les sens du terme car sa carrière est bel et bien finie…

Comment définir ce livre ?
Je commencerais par Soie Sauvage plus spécifiquement : l’histoire est à mon avis très bien trouvée, on accroche tout de suite au personnage de la jeune fille malheureuse / mal aimée bien qu’il faille bien avouer qu’elle fait un peu stéréotypée (syndrome Carrie ?) ; c’est vite pardonnée, Barbara ayant un je-ne-sais-quoi qui l’a rend crédible… Le thème est par lui-même bien pensé, la résurgence d’un dieu (une déesse ici) qui va prendre peu à peu le pas sur la vie de son hôte dans une osmose (ou plutôt un parasitage) de plus en plus complexe (Barbara laissant Arachnée prendre sa destinée en main). Que devons-nous croire : Arachnée a-t-elle décidé de se réincarner (quoique le terme ne soit pas tout à fait exact) ou la jeune fille commence-t-elle à avoir le cerveau qui frit? Difficile de le définir avec certitude…
Pourtant, Fabienne Leloup a décidé de mettre en avant les rapports plus intimes (allez, on le dit : sexuels) entre l’initié et la déesse et j’avoue que ce déballage de chair, exposé à grand renfort de descriptions on ne peut plus précise sur l’anatomie féminine, m’a semblé largement superflu… Epoque oblige, l’Erotic est à la mode (on le retrouve notamment dans la fantasy) mais désolé je n’accroche pas, ; d’autant plus qu’on arrive à la relation entre les deux sŒurs : puritanisme ? pudeur ? Ce n’est pas mon truc voilà et si vraiment cet aspect avait été moindre (pour ne pas dire occulté), je ne pense sincèrement pas que l’histoire en aurait beaucoup souffert.
Je tiens à préciser tout de même, que j’ai quand même fini le livre, incapable de m’arracher à un récit rythmé et excellement écrit, voulant absolument en connaître le dénouement ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que le style nous retient, nous impose de boire chaque ligne jusqu’au bout !
De plus, en tant que “Mâle” (avec un grand M), on est mal à l’aise du sort que les héroïnes réservent aux hommes, l’homme devenu objet et la femme mise en avant dans toute sa splendeur et, il faut bien l’avouer, dans toute l’horreur dont elle est capable : cela est encore plus vrai dans Oeuvres de Chair co-écrite avec Alain Dorémieux.
J’ai donc un avis mitigé, enlevons l’erotic et gardons le fond 😉

Soie Sauvage : Barbara est devenue une inconditionnelle des araignées depuis la sortie à Paris qu’elle a fait durant une des sorties Arts plastiques… A tel point que, lors de leur déménagement, la vue d’un tatouage sur le bras d’un des déménageurs la fera réfléchir très sérieusement à l’éventualité de s’en faire un…
Il faut dire qu’elle n’est pas très heureuse coincé entre une mère qui ne l’aime que peu (pour ne pas dire qu’elle s’en moque totalement) et une cadette beaucoup plus jolie et ayant beaucoup plus de succès qu’elle auprès des garçons…
C’est décidé, elle se fait tatouer sur l’épaule une femme araignée à laquelle elle va donner le nom de la fameuse Arachné déesse changée en mygale dans la mythologie grecque… et le pire, c’est qu’elle est vivante, au point de rapidement prendre en main le destin de la jeune fille.

Penthouse : Abel est le “gardien” de la morgue et c’est toujours avec un sentiment de tristesse qu’il va laisser partir, une fois n’est pas coutume, le corps du mort…

Oeuvre de chair : (avec Alain Dorémieux) Artiste au talent incontesté mais au style dérangeant, Moïra vient présenter sa dernière Œuvre… dans tous les sens du terme car sa carrière est bel et bien finie…

Se faire tatouer le buste d’une femme-araignée sur l’épaule quand on est une jeune fille, est-ce bien raisonnable ? Et donner à son tatouage un nom, comme à une vraie personne, n’est-ce pas un peu insensé ? Qui plus est quand ce nom est celui de l’adolescente du mythe grec que les dieux transformèrent en mygale…
Pourtant, Barbara souhaitait seulement se rendre intéressante. Capturer des garçons dans sa toile, comme sa soeur, une vraie allumeuse celle-là. Alors, quand votre tatouage soudain prend vie, qu’il vous ensorcelle et vous entraîne à commettre l’irréparable, quelle est la solution ?

Nestiveqnen Fractales Fantastique (Mai 2004)206 pages 13.50 € ISBN : 2-910-89995-0 Couverture : Philippe Jozelon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *