Sommeil du dragon (Le) de Edouard Brasey

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

La Malédiction de l’anneau 2

La suite des Chants de la Walkyrie nous relate l’enfance sauvage de Siegfried et son initiation chamanique au contact des forces naturelles de la forêt de Fer. Enfant loup, enfant faucon, être sans peur et indomptable, il refuse toute éducation et pénètre les mystères de la vie, guidé par une soif de nouveauté insatiable. Siegfried est une énigme, un demi-dieu, un volcan d’énergie, sa part animale et aussi puissante que sa part divine. On sent que se joue en lui une lutte terrible entre l’inspiration céleste de la lignée d’Odin et les influences telluriques en provenance du génie du Feu, Loki. Barbare candide et innocent, il se comporte en prédateur pour qui la mort fait partie du processus naturel de l’existence. Son désir de vie, son désir de puissance ne connaît pas de limite car il n’a jamais ressenti la crainte. Il veut tout à la fois briller par l’honneur et conquérir l’univers. Son avenir est tout tracé, il est né pour être le héros qui vengera la mort de son père Siegmund, tué par Hunding l’homme-chien, il terrassera également le Dragon Fafnir gardien du Trésor des Nibelungen. Mais parviendra-t-il à se préserver de la corruption qu’exerce l’anneau maudit sur son porteur ? Descendant direct d’Odin réussira-t-il a créer une lignée de descendants lumineux et honorables qui rachètent les fautes des dieux Asgardiens pour établir la paix dans le monde des hommes ? Si les Ases sont condamnés par le Ragnarök, Siegfried aura-t-il le cŒur assez pur pour bâtir un royaume de splendeurs sur Midgard, un royaume qui puisse échapper à la fin du monde, préservant ainsi l’étincelle divine possédée par les dieux ? Jeune homme, simple en apparence, Siegfried est au cŒur d’un champ de bataille entre les puissances souterraines et les dieux du ciel. De ses choix et de ses accomplissements dépendront l’avenir des dieux et de l’humanité. Lui l’homme libre destiné à rencontrer la Walkyrie Brunhilde est-il si libre que cela quand tous les héritages du monde ancien pèsent de toutes leurs forces sur ses épaules ? Heaume d’effroi, épée de détresse, destrier magique, cape d’invisibilité, anneau maudit et trésors incommensurables se dresseront sur la route du héros.

Ce second tome est sans aucun doute une réussite. Dans un style poétique et poignant, Edouard Brasey nous narre le combat des héros et des dieux face aux forces inexorables du Destin. Il nous brosse le tableau vibrant de vie de l’initiation chamanique de Siegfried : la rencontre avec les puissances de la nature, la fusion avec les éléments et l’univers, l’art des métamorphoses, l’exaltation de la communion avec l’âme sauvage du monde, la découverte du langage obscur et des animaux de pouvoir. C’est un retour aux racines animistes de la tradition nordique, c’est un voyage magique enivrant qui nous fait rêver et méditer. Quant au Dragon Fafnir, le sage et tout puissant Fafnir, il connaît l’avenir et rêve le monde, son rendez-vous avec le héros vous laissera une saveur merveilleuse. Car bien plus qu’un affrontement, la rencontre de ces deux antagonistes éternels est pareille à une union des âmes. Nous retrouverons le machiavélique et séduisant Loki, nous le verrons mener la danse qui conduit au crépuscule des dieux. Nous retrouverons Odin pris au piège des arrêts du Destin luttant avec un panache divin. Nous retrouverons enfin Brunhelide la fière Walkyrie pour un final très mystérieux. Cet ouvrage nous offre une réflexion d’une grande richesse sur le rôle du désir, de la peur et de l’amour dans la vie des hommes, des dieux et des héros.

«C’est le Dragon le plus dangereux, le plus épouvantable que la terre de Midgard ait jamais porté. Son regard foudroie. Son haleine empeste. Son sang brûle… Si Siegfried me laisse le conduire jusqu’à lui, alors il connaîtra la peur ! »

Le Dragon Fafnir est le gardien jaloux du trésor et de l’anneau magique des Nibelungen, acquis jadis au prix du sang versé et dont la malédiction va bientôt entraîner le crépuscule des dieux. Siegfried, descendant du dieu suprême Odin, élevé parmi les loups, puis initié par le géant Regin à la magie chamanique des métamorphoses et au langage des animaux, va l’affronter avant de retrouver Brunehilde, la Walkyrie endormie sur son rocher environné de flammes. Mais l’anneau maudit n’a pas fini de contrarier les destinées…

Anneaux magiques et épées invincibles, Walkyries et dragons, géants et nains, dieux et héros animés de passions ardentes… Dans la lignée de l’Anneau de Ninbelugen de Richard Wagner, et du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, Les Chants de la Walkyrie sont le premier volume de La Malédiction de l’Anneau, une saga foisonnante, au souffle épique et héroïque, un roman d’aventures et de fureur mais aussi de poésie et d’enchantement.
Belfond (Mai 2009)390 pages 9.99 € ISBN : 9782714445438 Couverture : Didier Graffet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *