Substance Mort de Philip K. Dick

On s’attend souvent au pire avec Philip K. Dick sur le plan de la descente dans les profondeurs infernales de l’âme humaine, et on a tord : c’est souvent pire que pire.
L’essentiel de l’intrigue est dans le 4e de couverture : Fred est un flic infiltré chez les toxicos, et pour ne pas faire tomber sa couverture, il doit enquêter sur un junkie qui n’est autre que lui-même, dans son autre identité : Robert Arctor. Il y a en effet des infiltrés tant chez les toxicos que chez les flics. Enquêter tout en planant, il n’y a que les stups pour inventer ça. La limite entre les uns et les autres se brouille, d’ailleurs, et ne devient qu’un grand brouillard mental plein de Substance Mort.

Ce n’est pas réellement un roman, c’est d’avantage un récit : longue et lente descente aux Enfers. Le sadisme de Barris apparaît dans la longue torture et autre tentatives de sabotage dont Bob se retrouve plus ou moins victime. Bob a lui aussi ses affaires de coeur.
Fred arrive parfaitement à identifier Bob, à faire la différence entre Fred et Bob.

Et tout doucement, il y a un glissement. Fred / Bob devient un concept confus, dévoré par la drogue qui semble éviter toute les frontières.
Alors chapeau bas, monsieur Dick, parce que tout ce passe avec une rare douceur et subtilité.

Dick n’est pas un grand styliste. Il est économe en mot, en phrase, en lettre presque. Mais arriver à faire passer la tête d’un homme d’un état d’à-peu près santé mental à l’état de … de rien, en utilisant un minimum de mot et une bonne dose de désespoir, c’est une marque de grand talent.

[Février 2008]

Dans une Amérique imaginaire livrée à l’effacement des singularités et à la paranoïa technologique, les derniers survivants de la contre-culture des années 60 achèvent de brûler leur cerveau au moyen de la plus redoutable des drogues, la Substance Mort.
Dans cette Amérique plus vraie que nature, Fred, qui travaille incognito pour la brigade des stups, le corps dissimulé sous un «complet brouillé», est chargé par ses supérieurs d’espionner Bob Actor, un toxicomane qui n’est autre que lui-même.
Un voyage sans retour au bout de la schizophrénie, une plongée glaçante dans l’enfer des paradis artificiels.

Folio SF (2007)99.99 € ISBN : 9782070415779
Traduction : Robert Louit
Titre Original : A scanner darkly (1978)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *