Tigane de Guy Gavriel Kay

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Une guerre perdue d’avance. Le Prince Valentin en est bien conscient. Ce sera la dernière bataille contre le Roi sorcier Brandin d’Ygrath. Même si celui-ci n’est pas présent, ayant laissé son fils prendre le commandement de ses troupes. Et c’est cette décision qui va provoquer la plus grande catastrophe de la péninsule de la Palme. Le fils du conquérant va périr durant cette bataille. Brandin ne le supportera pas, et faisant appel à tout son pouvoir, il va éradiquer de la carte la ville du Prince Valentin. L’éradiquer de la carte, mais aussi de la mémoire de tous. Tigane, la ville aux magnifiques tours, n’existera plus d’aucune façon. Même si son nom venait à être prononcé, il ne sera compris par quiconque des Provinces-États. Ainsi la vengeance du roi-sorcier se poursuit-elle depuis des années.

Une résistance pourtant se forme, sous les traits de saltimbanques. Travaillant à un long travail de sape des différents pouvoirs qui cherchent à s’approprier le reste de la péninsule, ils contactent les survivants de Tigane. Leur but, faire revivre leur ville perdue. Une longue croisade mêlant accord politique, machination, et magie.

Une grande épopée de fantasy, avec une ambiance inspirée de l’Italie de la Renaissance (ça, je l’ai repiqué dans la quatrième de couverture 😉 ). On y retrouve tout ce qui pousse un lecteur de roman épique à se plonger dans un pavé de 700 pages. Des personnages bien diversifiés qui permettent à chacun de trouver chaussure à son pied… à qui s’attacher, dans lequel se reconnaître. Un Prince déchu à la recherche de son héritage, un homme devenu guerrier par nécessité, un jeune homme, à la voix d’or, qui n’aura pas appris des saltimbanques qu’à chanter, mais aussi à survivre. Une jeune femme, chanteuse aussi, mais terriblement déterminée, jusqu’à en perdre tout intérêt à autre chose que son but. Ils sont tous liés par la renaissance de leur monde, mais aussi par l’art, la musique, qui leur permet de tenir le coup durant ces années de combat sous terrain.
À cela, il faudra rajouter d’autres personnages dont l’on va suivre l’existence en parallèle de chapitre en chapitre. Histoire d’inceste, de trahison familiale, d’amours impossibles, et pourtant…
Les « méchants » présentent d’autres faces de leur personnalité, et alors le lecteur ne sait plus très bien qui plaindre, les opprimés, ou les opprimants. Parce que, toujours, tous restent humains, et que Guy Gavriel Kay sait bien rendre cette ambivalence des sentiments qui fait que chez l’Homme, rien n’est seulement sombre ou lumineux.

De la politique, de la magie, des combats qui se passent à différents niveaux, mais aussi dans d’autres « mondes ». Une écriture soignée, un rythme soutenu. Un très bon livre, auquel il faut ajouter une très belle idée de représentation du combat du bien contre le mal dans un monde onirique.

Une guerre perdue d’avance. Le Prince Valentin en est bien conscient. Ce sera la dernière bataille contre le Roi sorcier Brandin d’Ygrath. Même si celui-ci n’est pas présent, ayant laissé son fils prendre le commandement de ses troupes. Et c’est cette décision qui va provoquer la plus grande catastrophe de la péninsule de la Palme. Le fils du conquérant va périr durant cette bataille. Brandin ne le supportera pas, et faisant appel à tout son pouvoir, il pokies online va éradiquer de la carte la ville du Prince Valentin. L’éradiquer de la carte, mais aussi de la mémoire de tous. Tigane, la ville aux magnifiques tours, n’existera plus d’aucune façon. Même si son nom venait à être prononcé, il ne sera compris par quiconque des Provinces-États. Ainsi la vengeance du roi-sorcier se poursuit-elle depuis des années.

Une résistance pourtant se forme, sous les traits de saltimbanques. Travaillant à un long travail de sape des différents pouvoirs qui cherchent à s’approprier le reste de la péninsule, ils contactent les survivants de Tigane. Leur but, faire revivre leur ville perdue. Une longue croisade mêlant accord politique, machination, et magie.

La bataille de la Deisa – où le prince Valentin a disparu, défait par l”armée et la sorcellerie du roi conquérant Brandin d”Ygrath – a scellé le sort de la péninsule de la Palme. Longtemps déchirée par les querelles intestines de ses provinces-Etats la voici sous la férule partagée de Brandin et d”Alberico de Barbadior, tyrans et maîtres sorciers.
La résistance renaîtra d”une poignée d”hommes et de femmes conduits par le prince héritier Alessan, sous le masque de ménestrels et de marchands itinérants. Une longue et dangereuse croisade les attend, pour libérer la Palme et ramener au jour le nom même du pays de Tigane et l”éclat de son histoire, éradiqués de toutes les mémoires par la vengeance du roi sorcier.
Dans ce monde inspiré de l”Italie de la Renaissance, Guy Gavriel Kay compose une épopée fantastique d”une puissance et d”une originalité rares. Les passions humaines et politiques y vibrent à la mesure d”un grand roman d”aventures pathétique, qui se lit aussi comme une métaphore de l”impérialisme, de l”occupation, de l”exil en son propre pays et de la lutte de libération

Atalante Bibliothèque de l”évasion (1998)681 pages 23.03 € ISBN : 2-841-72071-3
Traduction : Corinne Faure-Geors
Titre Original : Tigana (1990)

Couverture : Paolo Uccello

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *