Tommyknockers (les) de Stephen King

Tout commence par une ballade tranquille que fait Roberta Bobbi Anderson avec son vieux chien Peter… Elle trébuchera sur un objet qui sort du sol et, par curiosité, commencera à déterrer cet étrange objet, qui n’a par ailleurs rien à faire dans cette forêt…
Petit à petit, elle découvre la taille immense de cette chose dont elle ne sait rien : une chose est sûre par contre, c’est que ça fait du bien à son chien qui voit sa cataracte se dissiper et sa forme revenir. D’ailleurs, ne commence-t-elle pas à se sentir plus en forme, avec des idées plein la tête qu’elle arrive à concrétiser rapidement ?
Cela semble d’ailleurs s’étendre sur le village voisin et permettre à tous les habitants de créer, créer et encore créer bercés par une étrange lumière verte.
Seul Jim Gardener, écrivain alcoolique (enfin ex-alcoolique) au succès mitigé et ami de Roberta, semble insensible à la magie qui semble s’être emparé du village…
Mais quel va être le prix de tout cela ??

C’est probablement une des seules oeuvres de science-fiction du maître du suspens qui signe avec les Tommyknockers une oeuvre angoissante à souhait, passionnante et vraiment étrange.
Etrange la façon dont les hommes se mutent physiquement au contact de la civilisation extra-terrestre (on retrouvera la même chose chez Robin Cook dans Invasion mais cette fois lié à un virus ET).
Etrange aussi les inventions qui sont sortis tout droit de l’esprit tordu de Stephen King et qui sont autant de petits clins d’oeil.
Etrange comme, une fois n’est pas coutume, l’Amérique profonde est montré dans tous ses petits travers, alcoolisme, adultère… qui font dire, que non, les américains ne sont pas meilleurs que les autres…
Bref, une oeuvre qu’il vous faudra découvrir vite, autant profiter de la nouvelle parutions Livre de Poche 😉

Tard, la nuit dernière et celle d’avant,
Toc ! Toc ! à la porte – les Tommyknockers !
Les Tommyknockers, les esprits frappeurs…
Je voudrais sortir, mais je n’ose pas,
Parce que j’ai trop peur
du Tommyknocker

Tout commence par les rythmes apaisants d’une berceuse ; et pourtant, sous le plume de Stephen King, les vers anodins se muent en une inoubliable parabole de l’épouvante, qui entraîne les habitants pourtant bien sages et terre à terre d’un paisible village dans un enfer plus horrible que leurs plus abominables cauchemars… ou que les vôtres.
Une histoire fascinante et démoniaque que seul Stephen King pouvait écrire. Et lorsqu’on frappera à votre porte, par prudence, mettez la chaîne, si tant est qu’une chaîne suffise…
Le Livre de Poche (Février 2004)957 pages 11.00 € ISBN : 2-253-15146-7
Traduction : Dominique Dill
Titre Original : The Tommyknockers (1987)

Couverture : Photonica
Albin Michel 1989

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *