tyrans et des rois (Des) de John Marco

Ceux qui sont lassés par le livre médiéval traditionnel, c’est à dire de découvrir à chaque fois un monde Tolkieniste manichéen où pullulent des personnages elfes ou nains vus mille fois, seront sûrement intéressés par cette trilogie de John Marco. En effet, il casse ce schéma, en proposant un monde peut être moins riche qu’habituellement mais avec des personnages beaucoup plus humains. Les héros principaux sont loin d’être des sauveurs parfaits mais ressemblent plus à des humains ordinaires pris dans les affres de la guerre, qui est loin d’être glorieuse. On suit avec passion, les intrigues politiques digne de Machiavel où les ennemis d’hier peuvent se révéler les alliés d’aujourd’hui et inversement. Autant dire que les rebondissements ne maquent pas. L’auteur est également un fervent humaniste dénonçant les ravages de la guerre, de la vengeance et de la drogue.
Pour une première trilogie, John Marco nous offre une oeuvre d’une rare maturité.

Pour l’empereur de Nar, il est son général le plus talentueux. Il mène ses troupes dans les contrées sauvages de Lucel Lor, afin de soutenir le pouvoir corrompu et factice du daegog, leur dernier monarque, face à des fanatiques religieux qui veulent le renverser.
Pour Tharn, le chef religieux de Lucel Lor, il est le chacal de Nar, celui qui apporte la mort et la destruction avec son armée bardée de fer et ses machines crachant le feu.
Mais pour lui-même, il n’est qu’un pion dans un jeu qui le dépasse. Le prince Richius Vantran n’est ni un monstre sanguinaire, ni un héros mais un homme pris dans une guerre dont il ne voit pas d’issue. S’il l’emporte, il se damnera lui-même en défendant une cause qu’il abhorre. S’il échoue, il perdra son titre, son royaume et le respect de ses concitoyens.

Bragelonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *