Ubik de Philip K. Dick

Nous sommes en 1992, désormais les morts sont conservés en état de semi vie, pour que leurs proches puissent leur rendre visite et leur parler de temps en temps. En outre, les hommes sont désormais en mesure de détecter les champs de pouvoirs psychiques.
Runciter est le patron d’une entreprise de protection contre les psionistes (télépathes, précognitifs, etc…). Il se rend compte que les meilleurs agents de la plus grosse entreprise de psionistes, dirigée par Hollis, disparaissent tous les uns après les autres.
En même temps, son meilleur testeur de capacités mentales, Joe Chip, se voit amener pour test une jeune femme qui aurait des pouvoirs extraordinaires, dont celui de pouvoir remonter le temps en arrière, pour modifier le présent.
Une femme propose à Runciter un merveilleux contrat, qui lui rapportera des millions de poscreds (la monnaie de l’époque), et justement suite à la disparition des psionistes, ses neutraliseurs sont au chômage technique. Il accepte tout de suite, et inclut dans l’équipe la nouvelle, tout juste amenée par Joe. Pourtant, celui ci a l’impression d’avoir déjà vécu ce moment, comme ci on avait remonté le temps pour modifier subtilement la situation actuelle.
L’équipe est envoyée sur la lune pour accomplir son contrat, mais là ils se font piéger et une explosion tue Runciter.

Tous les thèmes de la S-F semblent s’être donné rendez-vous dans Ubik, pour y être tourné, déformés, dévoilant ces questions ultimes : la télépathie, le voyage temporel ou la mort.
Le foisonnement de l’imagination, la richesse et la complexité de l’intrigue sont un défi au résumé cohérent du monde où évolue Joe Chip, monde dans lequel on saute de 1992 à 1939, où les morts vivants vivent en état d’animation suspendue, rêvant leurs pseudo-vies dans un univers onirique.
Entre l’univers où le temps se dégrade et le monde instable des morts, Ubik est le piège final des réalités, qui marque une étape définitive dans l’oeuvre de Dick. C’est sans doute une de ses procuctions les plus achevées qui vient couronner un cycle spirituel commencé avec le maître du haut château, continué avec le Dieu venu du Centaure, et qui culmine avec le présent roman.

10/18 domaine étranger (1999)285 pages ISBN : 2.264.02881.5
Traduction : Alain Dorémieux
Titre Original : Ubik
Couverture : G.de Rémusat
1969

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *