Univers en folie (L

Keith Winston, responsable d’une revue de Science Fiction Le courrier de l’astronaute au sein d’un grand groupe, passe un week-end agréable chez son patron (Borden), en compagnie d’une de ses collègues (Betty Hadley).

Invité à l’occasion d’une belle soirée de l’année 1954, pour le lancement d’une fusée qui doit s’écraser sur la lune en produisant une lumière visible sur la terre, tout se déroulerait pour le mieux si la fusée n’avait pas fini par atterrir à deux mètres de lui. Sonné par l’accident, il se réveille dans un arbre à côté du banc sur lequel il était assis. En regardant sa montre, il se rend compte qu’il n’est pas resté inconscient très longtemps.

Il commence à se rendre compte que quelque chose cloche ; cherchant le nom de son patron celui-ci n’a pas l’air d’exister et son numéro n’existe plus ! Arrivé dans un bar où il voudra boire un verre pour se remettre de ses émotions, il sera pris pour un espion arcturien et, pourchassé par le patron… et un extra-terrestre. Il tente alors de rejoindre New-York.

ALLAN:
Quand Frédéric Brown nous dit que son univers est en folie, on peut le croire. Toujours avec un humour sans limite, il nous décrit le trajet d’un homme perdu dans un monde qu’il ne reconnaît pas : à lire d’urgence.

ETIENNE:
S’il est indéniable que Fredric Brown maitrise la forme courte, j’ai trouvé que ce roman peinait à se trouver un rythme. En fait je me suis même un peu ennuyé. Si certains passages étaient prometteurs : les machines à coudre, la transposition en monde réel des clichés de la science fiction… l’ensemble fait une petite histoire ni vraiment drôle, ni vraiment passionnante, mais gentillette. Un roman pour quelques heures de vacances, trouvé chez un bouquiniste et vite rendu “à 2 pour le prix d’un”. Mieux vaut lire ses nouvelles.

10 juin 1954. La première tentative de lancement d’une fusée vers la Lune se solde par un échec disons… cuisant. Du moins pour Keith Winston, journaliste dans une revue de science-fiction, littéralement désintégré dans le jardin de son patron par l’explosion du projectile et… réintégré dans un univers parallèle où monstres hideux aux yeux pédonculés et femmes de l’espace en sous-vêtements sexy côtoient le commun des mortels avec le plus grand naturel, sur fond de guerre intergalactique entre Arcturus et la Terre. Pris pour un espion arcturien, Winston ne devra son salut qu’à sa connaissance de la littérature de science-fiction. Mais trouver votre double installé dans votre appartement et votre petite amie fiancée à un autre, découvrir que les machines à coudre peuvent ouvrir la voie de l’hyperespace, voilà de quoi ébranler l’esprit le plus ouvert de cet univers en folie !
Folio (2002)304 pages 5.00 € ISBN : 2-070-42460-X
Traduction : Jean Rosenthal
Couverture : Benjamin Carre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *