villa des myst

Quand le petit groupe de Lord Byron, composé de Mary et Percy Shelley, Claire et le Docteur Polidori, secrétaire de Byron et, dans le même temps son souffre douleur, arrive à la villa Diodati, le temps n’est pas à la fête…
Après une entrée pluvieuse, et une séance limite indécente, Polidori, Polly Dolly comme aime à l’appeler son Lord, monte rapidement dans sa chambre pour découvrir une étrange lettre sur sa table, lettre qui n’a aucune raison d’être là puisque déposé par personne (d’ailleurs qui sait où il se trouve à cet instant ?)
Bref, la lettre, cacheté à la cire noire, lui propose un bien étrange marché, qui pourrait faire paraître le brave docteur pour brillant dans ses écrits…

Bon… Par où commencer ? Le mythe de Frankenstein, et surtout son origine à la villa Diodati, a toujours intrigué les lecteurs mais était-ce une raison pour écrire cela ? Cette histoire se base sur la réputation “douteuse” de Lord Byron et en exploite l’esprit pervers. Néanmoins, ce déballage de chair n’est pas ce qu’on pourrait appeler heureuse.
Si on devait résumer, on pourrait dire que c’est une histoire de fesse (et encore je souhaite rester poli) qui se lit bien (c’est peut-être ça le pire) mais qui à mon avis n’apportera rien à la littérature non plus qu’à la légende de la naissance du monstre de Frankenstein…

Quand le petit groupe de Lord Byron, composé de Mary et Percy Shelley, Claire et le Docteur Polidori, secrétaire de Byron et, dans le même temps son souffre douleur, arrive à la villa Diodati, le temps n’est pas à la fête…
Après une entrée pluvieuse, et une séance limite indécente, Polidori, Polly Dolly comme aime à l’appeler son Lord, monte rapidement dans sa chambre pour découvrir une étrange lettre sur sa table, lettre qui n’a aucune raison d’être là puisque déposé par personne (d’ailleurs qui sait où il se trouve à cet instant ?)
Bref, la lettre, cacheté à la cire noire, lui propose un bien étrange marché, qui pourrait faire paraître le brave docteur pour brillant dans ses écrits…

Ete 1816 : le temps est exécrable sur les rives du lac Léman. Désoeuvrés, Lord Byron, Percy et Mary Shelley, Claire Clairmont et le docteur Polidori, hôtes illustres de la villa Diodati, se lancent un défi littéraire : écrire l’histoire gothique ultime, la plus sombre, la plus originale.
Polidori, secrétaire et souffre-douleur de Byron, jaloux du talent de son maître, reçoit d’étranges lettres anonymes qui l’informent de l’existence des jumelles Legrand, des comédiennes scandaleuses, courtisanes, célèbres et méprisées. Et qui surtout lui proposent un étrange pacte littéraire…
Qui lui écrit ces lettres scellées à la cire noire ?
Que devra-t-il donner en échange du chef-d’oeuvre dont il rêve ?
Cette villa des mystères est le théâtre d’un roman gothique moderne qui explore des régions insoupçonnées, troublantes, de la sexualité, et revisite avec malice un moment fondateur des littératures de l’imaginaire : la création du Frankenstein de Mary Shelley

Folio (Janvier 2004)151 pages ISBN : 2-070-42649-1
Traduction : Claude Bleton
Titre Original : Las Piadosas (1998)

Couverture : Eric Scala
Métailié 2000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *