Vivants d’Isaac Marion

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Le monde n’est plus du tout ce qu’il était…  Les morts-vivants se sont répandus partout dans le monde rendant la vie des “vivants” très compliquée. R est un de ces zombies, qui au cours d’une de ses chasses alimentaires tombera sous le charme de Julie, jeune fille étrange. R va éprouver de plus en plus d’affection pour cette jeune femme et se poser des questions de plus en plus étrange pour un vampire.

Je suis mort, mais ce n’est pas si mal. J’ai appris à vivre avec.

Lorsque j’ai lu l’information selon laquelle le roman sera adapté par l’équipe Twillight, j’avoue avoir eu très peur, tant je n’aime pas trouvé des vampires ou autres aseptisés. Mais ce n’est pas le cas de Vivants qui nous interroge énormément sur l’Humanité et sur ce qui nous rend “humain”. Les zombies vont dans un premier temps se contenter de “manger” leurs homologues non-zombie dans un monde qui contient de plus en plus de non-vivants. Alors quand R se prend à ne plus traiter les vivants comme un garde manger à jambes, c’est tout qui prête à discussion : qu’est-ce qui définit le vivant par rapport au mort ? Qu’est ce qui fait que le zombie est considéré comme non-humain et l’humain comme non zombie ? En gros, qu’est ce qui caractérise la vie ? Car nous voyons bien au niveau de l’avancée de notre récit et du parcours de R (mais pas seulement) que ces frontières sont bien floues et prête à discussion.

Sentiment, Humour saupoudrent une histoire qui a le mérite de prêter à reflexion sans pour autant nous prendre la tête. L’histoire est vue depuis R, un zombie qui a tout oublié de son passé et de ce qu’il fût, et qui s’énerve de ne pas pouvoir communiquer suffisamment clairement les sujets qui lui embrument le cerveau. Nous ne saurons pas vraiment les causes de cette zombification mais après tout qu’importe, l’histoire est ailleurs !

Un livre que je recommande, même pour ceux qui n’aime pas les zombies, les scènes gores étant pratiquement absentes (si ce n’est un peu au début, mais à ce moment, R est un pur produit zombie :))

Bragelonne (Octobre 2011) – 17.00 € – 318 pages – 9782352945239
Traduction :
Benoit Domis
Titre Original : Warm Domies (2011)
Couverture : Isaac Marion
R a une vie compliquée. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs ni de pouls. Mais il rêve. R est un zombie et il est un peu différent.

Dans les ruines d’une ville à l’abandon, R rencontre une fille. Elle s’appelle Julie et elle est aux antipodes de ce qu’il connaît. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. Et c’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse.
Jamais cela n’était arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts et défie la logique, mais il ne peut plus se contenter d’une existence vouée à la mort.
Il veut respirer à nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Vivants d'Isaac Marion, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *