Voyageur solitaire (Le) de Jean-Marc Ligny

Chronique des nouveaux mondes 1

Le Voyageur solitaire : Un voyage de 52 ans en solitaire dans l’espace, voilà le défi auquel va être soumis Tag Fades, un homme que les plaisirs de la vie dégoûtent, qui en fait, veut vivre seul.

Le Traqueur d’extrêmes : Dard De Ville provoque autant l’horreur que l’admiration à force de défier les tabous et de briser les records. Car il n’aime qu’une chose, aller là où nul autre n’est jamais allé, sauf que ce n’est pas si simple.

Le Cas du chasseur : Un chasseur traquant un lapin est tué par une meute de loup. Tout pourrait être simple, sauf que les animaux ont la citoyenneté terrestre et que donc, les loups sont assignés en procès, alors coupable ou non ?

L’Astroport :Après l’explosion de leur vaisseau, deux spationautes s’écrasent sur un astroport appartenant à une civilisation disparue. L’artefact ancien devient le lieu de leur survie, alors que leur fils, ne craignant pas l’astroport, l’explore jour et nuit.

On l’oublie bien souvent à cause d’oeuvres plus engagées comme «Inner City», «Jihad» ou encore «Aqua tm», mais Jean Marc Ligny sait aussi écrire des romans plus spatiaux, des romans où la science fiction frise avec le space opéra. C’est cette facette méconnue que nous rappelle cette réédition chez Actusf par le biais de ce premier tome des Chroniques des nouveaux mondes, un cycle ambitieux composé de nouvelles et de romans, dont l’auteur a eu l’idée il y a plus de vingt-cinq ans et qui n’a pu être bâti que progressivement.

En vérité, ce petit recueil est une réussite, les quatre histoires sont toutes de très bonne qualité. On trouve ainsi de bonnes doses d’humour, voire d’ironie avec Le Traqueur d’extrêmes, puisque le héros court après une chimère, échouant à chaque fois. Mais nous avons aussi une réflexion intéressante sur la notion de responsabilité, de citoyenneté, de justice en fait avec Le Cas du chasseur , où les animaux, devenus citoyens de la Terre, sont donc aussi bien protégés contre le meurtre que susceptible de passer en jugement. Sauf que, dépourvu de représentants au parlement, ils peuvent contester la portée démocratique de ce geste…Un texte brillant, clair, et non dénué d’humour lui aussi sous son propos acide. Il y a évidemment la nouvelle éponyme, Le Voyageur solitaire, une histoire à priori classique, celle du voyage dans l’espace, mais traitée de manière novatrice avec un anti-héros assez dérangeant. Pourtant, sous son aspect neuf, cette nouvelle souffre de quelques problèmes de clarté, de précision, la fin est par trop brouillone. Pour finir, nous avons droit à L’Astroport, assurément la meilleure nouvelle du lot, où l’aspect space opéra est pleinement assuré. Les héros, des spationautes isolés sur une planète déserte, sont en effet confrontés à un artefact ancien et non-humain, qui va organiser leur quotidien sans qu’ils ne s’en rendent compte. La première partie, le huis clos entre les survivants est superbe, mais le texte semble perdre un peu avec l’arrivée des sauveteurs.

Quatre textes au niveau exceptionnel, mais c’est ausis là que réside le problème. Il s’agit d’une réédition, et aucun de ces quatre textes n’est inédit. A ce compte là, et si les deux autres tomes sont du même acabit, nous aurons une trilogie certes exceptionnelle en terme de qualité, mais à un prix peu adapté, au moins 21€ à priori, pour un ensemble relativement court. Mais il est vrai aussi que ces Chroniques des nouveaux mondes sont pour l’instant plaisantes à lire.

«Tag Fades était un homme gris, aigri, amaigri. »

Un homme assez désespéré pour accepter de partir seul pour un voyage de cinquante-deux ans vers la planète Canaan à la recherche des premiers colons humains portés disparus. Mais ses motivations personnelles sont tout autres. Pourra-t-il enfin être seul et échapper à l’humanité ? Et que trouvera-t-il en lui-même dans cette fuite sans retour ?
Actusf Les Trois souhaits (2008)107 pages 7.00 € ISBN : 9782917689028 Couverture : Thomas Brechler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *