Wonder Woman Terre-Un de Grant Morrison et Yanick Paquette

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Wonder Woman  – Tome 1

Après que les Amazones aient décidé de s’isoler des hommes en s’installant sur l’Île du Paradis, elles peuvent profiter de la paix. Hippolyte règne seule sur ce petit monde depuis des millénaires.

Mais Diana, sa fille, va subir le jugement de ses paires… Alors même qu’un aviateur de l’Air Force a échoué à proximité de l’île, Diana a décidé de l’aider plutôt que de le laisser, avec pour conséquence de révéler l’existence des Amazones au reste du monde.

Le mois de juin 2017 est le mois de la sortie au cinéma du film Wonder Woman ce qui explique la sortie de plusieurs titres de la série aux éditions Urban Comics.

Terre-Un est le premier volume d’un reboot autour de ce personnage emblématique des DC Comics. Femme de fer et de caractère, Diana est la représentante de la lignée des Amazones dans notre monde moderne. Alors que les Amazones s’étaient dans les premières versions “cachées” des hommes après leur combat avec Hercule, il s’agit ici plutôt d’un choix volontaire, et non pas de soumission… D’ailleurs, la Reine Hippolyte  a vaincu le Demi-Dieu Hercule…

Ici, nous découvrons l’origine des Amazones, et le côté matriarcal des Amazones est ici largement mis en avant, les hommes étant totalement mis à l’écart ce qui interroge quand à la persistance de la nation.

Cette lutte entre deux visions du monde (celui des Amazones en général et la vision de Diana) est au coeur de cette aventure… Mais des détails surprennent malgré tout dans le dessin : si vous cherchez dans les Amazones présentes sur l’île, vous ne trouverez aucune avec un défaut (surpoids, sous-poids, malformation, …), là où le principal “soutien” de notre héroïne est bien portante. De même, certains propos et je pense notamment à la “difformité” annoncée des femmes vivant du côté des hommes a un petit côté dérangeant.

Mais c’est peut-être là le fond du débat : cette fermeture des Amazones vis-à-vis de l’extérieur ne les éloigne-t-elle pas de ce qui fait la force de l’humanité ?

Un premier volume qui m’a permis de donné un nouveau visage à Wonder Woman, moi qui fait partie de la génération l’ayant découverte sous les traits de Lynda Carter dans une série que nous pourrions qualifier de résolument kitsch ;).

Urban Comics (Mai 2017) – 144 pages – 15,00€ – 9791026811244
Scenario : 
Grant Morrison
Dessin : Yannick Paquette
Couleur : Nathan Fairbairn

Durant des millénaires, les Amazones de l’ïle du Paradis ont créé une société à l’écart des hommes. Cependant, la princesse Diana ne l’entend pas de la même oreille et sait qu’il y a  beaucoup à découvrir au-delà des frontières imposées par son peuple e sa mère, Hippolyte. C’est lorsque l’avion de Steve Trevor, pilote de l’Air Force, s’écrase sur les cotes de l’île que Diana a enfin l’opportunité de s’aventure dans le monde des hommes. Elle devra alors répondre de ses actes devant un tribunal pour avoir briser la plus ancienne des lois de son île.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *