yendi de Steven Brust

Jhereg 2

Alors que Vlad commence tout juste à prendre possession de commerces dans son quartier, il sera victime d’une tentative d’assassinat de la part de son “voisin” Laris.
Pourtant, il réussira à survivre grâce à l’intervention d’Aliera et de Morrolan… Encore faut-il qu’il anticipe la prochaine attaque !!

Deuxième volet des aventures du tueur Jhereg et déjà un petit bemol : nous n’avons dans les premiers temps aucune information quand à l’époque où se déroulent les faits…
Conséquence : on se retrouve assez facilement perdu car nous retrouvons certains personnages sans pour autant être en mesure de comprendre leurs réactions.
Cela ralentit grandement la lecture au point que je me suis demandé si j’allais poursuivre !
Néanmoins, nous arrivons rapidement à se réintéresser aux aventures de notre ami tueur.
Le style est toujours basé sur la réflexion comme nous l’indiquait Steven dans l’interview qu’il nous a accordé.
Et pourtant on ne s’ennuit plus une fois le repérage chronologique rétabli !
L’histoire est bien tordue et je suis prêt à parier que personne ne trouvera le fin mot de l’histoire avant sa fin !

Vlad Taltos est assassin dans la cité d’Adrilankha où il vit en tant que membre de la Maison de Jhereg.
Il contrôle depuis six mois les tavernes, salles de jeux, petits commerces d’une partie de la cité. Les affaires marchent bien jusqu’au jour où Laris, un Jhereg rival décide d’investir le territoire de Vlad… Ce dernier peut compter sur le soutien de ses amis : le seigneur Dragon Morrolan, maître de la Citadelle Noire, aliera e’Kieron, sa cousine de prestigieuse lignée, ou la grande Sethra Lavode…

Rapidement, le conflit se transforme en guerre des gangs et s’emballe au point que l’impératrice elle-même s’en mêle. Mais durant la trêve imposée par l’Empire, Vlad tombe dans une embuscade et meur sous les coups d’un mystérieux duo d’assassin
Mnemos Icares (Janvier 2006)255 pages 9.99 € ISBN : 2-915-15960-2
Traduction : Guillaume Le Pennec
Titre Original : Yendi (1984)

Couverture : de Guillaume Sorel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *