Régiment monstrueux (Le) de Terry Pratchett

Annales du Disque Monde (Les) 28 IMPERATRICE MOA Le thème de cette nouvelle aventure sur les terres du Disque-Monde est assez classique : une fille qui s’habille en garçon pour retrouver un homme parti à la guerre. Il devient moins classique quand Pratchett le tord dans tous les sens pour en tirer un jus assez savoureux. La religion de Nuggan en prend pour son grade. La religion, c’est bien ; quand elle est raisonnable, c’est mieux. Cela évite que les cailloux, les betteraves et les artichauts deviennent des abominations aux yeux d’un dieu et de ses prêtres psychopathes. Une religion raisonnable permet de vivre. C’est sans doute à ça que […]

Aigles d

Wang 2 Suite un peu sans mystère du premier volume, toujours sans passion réelle. Peu de surprises agrémentent ce second volume. Après avoir planté le décor dans Les Portes d’Occident, le texte se déroule tranquillement. On baigne dans un sentiment de sécurité, qui fait que le héros survie toujours à la fin malgré le sang et la sueur, et que les peripéties paraissent un peu tièdes (“même pas peur”). Wang pourait traverser un champ de bataille bombardé de missiles thermo-nucléaire, il s’en sortirait toujours. Il saigne et souffre, mais on ne vibre pas avec lui. Ce personnage continu à me sembler totalement creux, et ses amours avec Lhassa n’y changent […]

Langues

Votre honneur, je plainde coupable, je n’ai lu que la moitié du roman. Je m’attendais à trouver un roman intéressant et aussi bien écrit que “Pages Perdue” ou “LaTrilogie Steampunk”. Des histoires avec de l’humour, une belle écriture. Je voulais passer un bon moment, donc. Quelle déception ! Suite à cette lecture, Di Filippo a perdu sa place d’écrivain chouchou de mon panthéon personnel. L’écriture est toujours aussi imagée et colorée, les associations de mots et d’expression sont très intéressantes (de celle qui vous valent des “utilisation impropre” en marge des copies, griffonnés par les institutrices aigries et lunettées, mais qui expriment terriblement bien certains sentiments). L’écriture de Di Filippo […]

Haroun et la mer des histoires de Salman Rushdie

Haroun et la mer des histoires est un conte merveilleux, servit par l’incroyable plume de Salman Rushdie. Tout en gardant la légèreté du conte, l’auteur y lit le tragique, les situations que l’on sent pas si désespéré, mais surtout, beaucoup d’humour et des éléments croquignolesques. On y parle de littérature, c’est donc tout à la fois très léger et très sérieux. Vous finirez ce roman avant de vous rendre compte que vous l’avez commencé. Il était une fois, dans la plus triste des villes, un conteur nommé Rachid qui soudain ne trouva plus rien à dire. Sa femme s’en était allée, et son fils, Haroun, se demandait « à quoi […]

Narcose de Jacques Barbéri

Impératrice Moa : Il y a tout d’abord ce paysage halluciné qui a un côté « SF à Papa », avec ses loubards, ses bandes, ses bars glauques, ses alcools. Il n’y a pas de réelle description de Narcose, mais l’univers prend sa densité à travers les mots. Mots-valises ou néologismes, ils sont l’univers : amphécafé, hélitax et scotch-benzédrine. Tout est là. Mis à part la couverture du roman (que l’on aime ou l’on n’aime pas, dirons-nous), l’écriture de Barbéri évoque le travail de Bilal, ces traits rétro-futurs caractéristiques. Les corps humains se mélangent aux membres animaux, et l’on n’en fini plus des agencements entre un bout de ceci et […]