Futurs myst

J’ai découvert Roland C. Wagner avec son anthologie Musique de l’énergie . J’avais déjà été très intéressé par son écriture et son humour. Alors, lors de mon passage au Mans, pour un forum du livre (La 25ème heure du livre), je me suis fais le plaisir d’acheter le premier volume de cette série (Allan à pris le 8ème, mais il est louche notre Webmaster), et de discuter un petit peu avec l’auteur, qui est tout aussi sympathique que ses écrits.

Aller, je reviens au livre. Temple sacré de l’aube radieuse est un détective privé. Son exemple est Nestor Burma. Il bénéficie, en outre, de l’aide d’une Aya, nommé Gloria, intelligence électronique en fuite, qui se bat pour la reconnaissance de l’existence des intelligences artificielles comme êtres indépendants.
Mais avant, je vais essayer de brosser un tableau de Paris, en 2036, d’après R.C. Wagner.
IL y a eu une sorte de catastrophe, il y a cinquante ans. On ne sait pas, l’auteur ne s étendant pas sur le sujet, ce qu’il s’est véritablement passé, mais cela à donner que les gens n’ont plus vraiment envie de se taper dessus depuis.Enfin, les survivants. En plus, il a été mis en évidence des personnes ayant des pouvoirs psychiques particuliers. Par exemple, notre détective privé, a le pouvoir d’être transparent. C’est-à-dire que dans le pire des cas, on ne le remarque pas du tout, et des le meilleur, on l’oublie très vite. Que cela soit la mémoire des gens, ou une photographie, des mémoires informatiques. Rien ni personne n’arrive à se souvenir de lui. Pratique et gênant en même temps pour un détective privé.

Depuis cette catastrophe, il s’est créé une multitude de sectes, de regroupements, de familles, dans lesquelles la population a retrouvée l’instinct de groupe, de société.

Autrement, Paris ne semble pas avoir vraiment changé. Quelques insistances sur les manques de moyens de la police (il doit manquer un Sarkozy dans le futur de R.C. Wagner), on paye en creditbloc, mais autrement, le lecteur n’est pas déboussolé.

On est dans un polar futuriste, pas trop lointain dans le temps, et Paris n’a pas été rasé par une méchante explosion atomique.

Une petite dernière précision. On trouve sur la quatrième de couverture ceci :

1843. – Eugène Due : Les mystères de Paris
1954-1958. – Léo Malet : Les Nouveaux mystères de Paris, Nestor Burma « l’homme qui met le mystère K.O. »
1958.- Frédéric Drad : Les derniers Mystères de Paris
1996- ? .- Roland C. Wagner : Les Futurs Mystère de Paris


Quatrième de couverture : Mon nom est temple Sacré de l’aube Radieuse, mais vous pouvez m’appeler Tem. Pour cent euros par jour plus les frais, vous pouvez aussi louer mes services. Je suis détective privé. Mon atout majeur ? Le Talent de transparence qui me permet de passer inaperçu. Mais qui m’oblige aussi à des efforts vestimentaires pour ne pas passer inaperçu.
L’Atalante La Dentelle du Cygne Couverture : Philippe Caza

Laisser un commentaire