La Forêt de Saint-Ambroise de Camille de Montgolfier

Lorsque j’ai vu ce titre aux éditions Pygmalion, j’ai été intrigué autant par la couverture que par le quatrième de couverture qui me laissait penser à une histoire pleine de richesses et de magie.

Un monde parallèle et magique

L’histoire commence par une poursuite entre des nécromanciens et une paladine sur sa licorne. La lutte tourne rapidement au désavantage de la paladine qui se retrouve, comme sa licorne, blessée.

Et cette défaite se passe au meilleur endroit d’une certaine façon. Car à proximité vit le brave Octave, un orphelin, isolé du monde de par son histoire, et au passé douloureux. Elevé pendant un temps par sa mère, morte alors qu’il n’était qu’adolescent, il a du élevé en plus sa petite sœur Ariane, abandonné par son père. Sa bonté et sa simplicité vont pousser la Licorne a lui révélé son existence et par la même celui d’un monde parallèle où la magie et où coexistent sorcières, nécromanciens ou encore les créatures les plus diverses et variées.

Pourtant, la situation va devenir plus complexe avec l’arrivée des nouveaux voisins, qui semblent s’intéresser de très près à Octave et sa sœur ou encore avec la réapparition du père qui souhaite récupérer la jeune Ariane…

Une aventure en demi-teinte

Je dois être tout de suite honnête : si j’ai trouvé l’écriture sympathique, empreinte de poésie et donc charmante, j’ai trouvé l’histoire en elle-même plutôt légère. J’aurai volontier classé La forêt de Saint Ambroise de mon côté en littérature jeunesse, le monde qui est décrit est très manichéen.

Le héros est relativement caricatural : orphelin et laissé seul, on a du mal à imaginer qu’il puisse avoir la responsabilité de sa sœur. Sa capacité d’acceptation du monde magique, la facilité avec laquelle il tombe dans les pièges, et de la même façon, la facilité avec il s’en sort ont eu pour conséquence que je n’ai pas réussi vraiment à me sentir absorber par le récit. Tout est trop simple, finalement très prévisible dans le déroulé et sans réel suspense.

J’aurai bien aimé avoir un peu plus d’épaisseurs des personnages, un peu plus de questionnement sur ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Les événements s’enchaînent, tout comme les combats ; la structure de l’Europe “magique” est abordée mais pas suffisamment pour nous permettre de bien la comprendre et la percevoir.

Pour résumer, un roman qui me semble intéressant pour un public jeune mais qui sera un peu trop léger pour un public plus habitué et donc plus exigeant.

Pygmalion (27 janvier 2021) – Hors collection – Fantasy et imaginaire – 304 pages – 19,90 € – 9782081510654

Octave est un jeune homme simple qui a consacré l’essentiel de sa vie à sa petite sœur, Ariane. Son existence n’est pas parfaite mais faire le bonheur de la fillette lui suffit.
Alors, le jour où une licorne débarque sous son toit pour lui demander de l’aider à sauver une sorcière, son monde vole en éclats. Octave et Ariane découvrent un univers mystérieux et magique dont ils ne soupçonnaient pas l’existence…
Et, pauvres mortels, ils ne sont pas au bout de leurs surprises.

Laisser un commentaire