Salem de Stephen King

Jerusalem’s Lot n’avait rien de remarquable, sinon, sur la colline, la présence de cette grande demeure inhabitée depuis la mort tragique de ses propriétaires, vingt ans auparavant. Et lorsque Ben Mears revient à “Salem”, c’est seulement pour retrouver ses souvenirs d’enfance. Mais, très vite, il devra se rendre à l’évidence : il s’y passe des choses étranges, sinistres. Un chien est immolé, un enfant disparaît et l’horreur s’infiltre, s’étend, se répand, aussi inéluctable que la nuit qui descend sur Salem. Pocket – (Avril 1988)– 387 pages Traduction : Christiane Thiollier et Joan BernardTitre Original : Salem’s Lot (1975) Couverture : Jean Deville Williams – 1977