démon des mots (le) de Graham Masterton

Un petit village paisible au bord de la mer, non loin de Salem, la ville des sorcières. La femme de John Treton a trouvé la mort dans un accident de voiture. Un mois plu stard, des phénomènes étranges commencent à se produire, la nuit, John croit voir sa femme… ou son fantôme. Hallucinations causées par le chagrin… ou réalité encore plus terrifiante ? L’explication se trouve peut-être dans un bateau, le David Dark, qui a sombré au large de Salem, trois siècles plus tôt. Que transportait-il donc ce bateau d’où semble provenir une influence maléfique ? Fleuve Noir – Thriller Fantastique n°9003 – (4 décembre 2003)– 380 pages 5.50 € […]

Miroir de Satan (le) de Graham Masterton

Martin Williams, un scénariste, fait l’acquisition d’un miroir ayant appartenu à Boofuls, enfant-star d’Hollywood, assassiné en 1939 dans des circonstances aussi tragiques que mystérieuses. Les miroirs, c’est bien connu, peuvent être des portes sur d’autres mondes. Celui-là est une porte sur l’enfer, sur un “Hollywood à l’envers” où, sous ses dehors de petit garçon angélique, Boofuls va se révéler la plus diabolique des créatures… Fleuve Noir – Thriller Fantastique n°9049 – (27 novembre 2003)– 412 pages 7.00 € ISBN : 2-265-07710-0 Traduction : François Truchaud ()Couverture : Eric ScalaEn savoir plus Néo – 1984

papillons du mal (les) de Graham Masterton

Représentante en produits de beauté, Bonnie Winter exerce un second métier pour lequel les concurrents ne se bousculent guère. Elle dirige en effet une petite entreprise de nettoyage très spécialisée : avec trois employées, elle remet en état maisons et appartements où ont eu lieu des morts violentes… Sur plusieurs scène sde meurtres particulièrement sanglants, Bonnie remarque d’étranges chenilles, qu’elle montre à un entomologiste. Celui-ci lui révèle qu’il s’agit de larves de papillons que les Aztèques considéraient comme des incarnations de la cruelle déesse Itzpapalotl. Cette dernière avait la réputation de faire sombrer les gens dans la folie, les poussant à tuer les êtres qui leur étaient le plus chers. […]