Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare

Si nous vous avons offensés, Ombres que nous sommes, pensez Que vous ne faisiez que dormir Quand ces visions venaient surgir Et ce fragile et vain mensonge, Aussi évanescent qu’un songe, Seigneurs, accordez-lui pardon : Alors, nous nous amenderons. Oui, foi de Puck, en vérité, Si une chance imméritée Nous épargne le noir venin, Nous nous amenderons demain… Les elfes s’éveillent quand les humains s’endorment. Comment ces deux mondes peuvent-ils alors communiquer ? contre les lois irrationnelles des bois s’affrontent celles, ant-naturelles, de la cité d’Athènes. Hermia en est une victime. Egée, son père, veut la marier à Démétrius, lui même convoité par Hélène. Hermia se réfugie dans la forêt, […]