Serge Lehman

Naissance :1964
Biographie :
Pascal Fréjean naquit en 1964 dans l’Essonne, de parents cadres supérieurs, il découvre très jeune Jules Verne, qui le marque profondément. A dix ans, il découvre la collection Anticipation de Fleuve Noir et se prend tout de suite de passion pour la science-fiction, confirmé dans ce choix par un oncle lui aussi passionné, qui lui fait découvrir les grands auteurs anglo-saxons. A la même époque, ses parents se séparent et les romans de sf offriront une alternative aux histoires que lui racontait son père quand il était plus jeune.

Depuis son plus jeune âge, il écrit, aussi bien des romans que des bandes dessinées. C’est d’ailleurs au lycée qu’avec un ami, il écrira une nouvelle qui lui permettra de remporter un concours. Ensemble, ils font aussi de la BD. C’est à ce moment là qu’il se décide à adopter systématiquement des pseudonymes pour écrire, en hommage aux auteurs de Fleuve Noir. C’est aussi avec cet ami qu’il animera une émission sur la BD sur une jeune chaîne radio, nous sommes alors juste après la libéralisation des ondes FM. Après une année d’hypokhâgne, il part en fac d’anglais mais renonce, avant de monter à Paris. Nous sommes alors en 1984, il se fait engager dans une boutique Album, spécialisée dans la BD. Il y travaillera trois ans, alternant entre les trois magasins parisiens. Pendant ces trois années, il scénarise un album qui ne verra jamais le jour et rencontre des dessinateurs comme Caza ou Jeam Tag. En 1987, il quitte Album et repart à la fac, où il étudiera l’Histoire jusqu’à la maîtrise.

En 1990, il publie ses deux premiers romans au fleuve noir, sous le pseudonyme de Don Herial : « Hydres » et « La Loi majeure », les deux premiers tomes de « La guerre des sept minutes », cycle qu’il n’achèvera jamais. Inspiré par Cordawainer Smith et Michel Demuth, il entreprend d’écrire une Histoire du futur. Changement de pseudonyme pour Karel Dekk, sous lequel il publiera « L’espion de l’étrange en 1991, toujours au Fleuve. Paraissent diverses nouvelles dans plusieurs fanzines et revues. Les temps deviennents difficiles, des revues disparaissent, des collections déclinents, les places se font chères tandis que de nouveaux auteurs apparaissent. En 1993, il publie « Le Haut lieu », son quatrième roman mais le premier sous le pseudonyme de Serge Lehman, puis « Dans l’abîme », une nouvelle qui lui vaudra son premier GPI. En 1995, rebelote, un nouveau GPI avec « Le Collier de Thasus », il devient alors une valeur sûre de la SF francophone. Il publie « La Sidération », son premier recueil, et fait le sommaire des premiers numéros de jeunes magazines : Bifrost et Galaxies. Durant cette période, il travaille comme conseiller d’orientation.

Bouleversement dans sa carrière, fin 96 sort FAUST, un cycle publié en demi-format ( un format peu utilisé à l’époque) et hors collection, au Fleuve Noir. S’inspirant de l’actualité de l’époque et de ses craintes à propos de la mondialisation et du capitalisme, il écrira trois tomes ,qui lui permettront de vivre de sa plume, alors qu’au début il avait annoncé soixante tomes. Le premier tome reçoit les prix Rosny-aîné, Ozone et GPI 1997. C’est l’apothéose, d’autant que l’année suivante, il publie Wonderland, le deux millième tome de la collection anticipation, un numéro qui le faisait rêver depuis son enfance. Malheureusement, la collection s’arrête juste après avec le mythique numéro 2001 de Roland C.Wagner ( « 2001, l’odyssée de l’espèce »). 1998 est l’année de « Escales sur l’horizon », une anthologie mythique réunissant les plus grands auteurs d’alors, puis « Aucune étoile aussi lointaine » dans la jeune collection Millénaires de J’ai Lu. Il cesse alors d’écrire de la fiction, se consacrant à une longue série d’articles pour l’Humanité, puis collabore avec Enki Bilal à l’écriture de « Immortel », qui deviendra un film (sorti en 2004). En 2001, c’est la traversée du désert, il entame une longue dépression dont il ne sortira qu’en 2004.

En 2005, il revient en librairie avec « Le Livre des Ombres », version définitive de son « Histoire du Futur », dans lequel il reprend de nombreux textes et les relie ensemble. En 2006, Bifrost lui consacre un dossier agrémenté d’une longue interview, puis il publie « Chasseur de Chimères » à l’Atalante, une énorme anthologie chez Omnibus, dans lequel il regroupe une dizaine de textes d’avant la seconde guerre mondiale, renforçant sa vocation d’historien et d’avocat de la sf en France.
En 2007, il signe son retour à la BD en scénarisant « Thomas Lestrange » ( dessin de Sarah Debove) et « La Saison de la couloeuvre » ( dessin de Jean Marie Michaud). Deux albums exceptionnels qui lui valent les honneurs de la critique et du public. Serge Lehman est revenu, meilleur qu’avant semble-t-il.

Bibliographie :
Romans :

# Cycle de La guerre des 7 minutes
– Hydres, 1990, FNA, sous le pseudonyme de Don Hérial
– La Loi majeure, 1990, FNA, sous le pseudonyme de Don Hérial

– L’espion de l’étrange, 1991, FNA, sous le pseudonyme de Karel Dekk
– Le Haut lieu, 1993, FN Frayeur, sous le pseudonyme de Serge Lehman
– La Sidération ( recueil), 1995

# Cycle de F.A.U.S.T
– F.A.U.S.T, 1996, FN
– Les Défenseurs, 1997, FN
– Tonnerre lointain, 1997, FN

– Wonderland, 1997, FNA
– L’ange des profondeurs, 1997, FN Mystère
– Escales sur l’horizon (anthologie), FN, 1998
– Aucune étoile aussi lointaine, J’ai Lu, 1998
– Le Livre des Ombres, L’atalante, 2005
– Chasseurs de Chimères (anthologie), Omnibus, 2006
– La saison de la couloeuvre (bd), L’atalante, 2007, avec Jean Marie Michaud
– Thomas Lestrange ( bd), L’atalante, 2007, avec Sarah Debove