Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons

La série des Watchmen s’est aussi fait connaître, bien après les comics, au travers d’un film et d’une série télévisée. Il était plus que temps pour moi de découvrir les comics qui ont construit le mythe.

Une saga avant tout policière

Tout commence lorsque le Comédien, qui est probablement un des seuls watchmen à ne pas avoir raccroché son costume, est retrouvé assassiné en bas de chez lui. Si peu de personnes ne semblait apprécié ce “héros” masqué, Rorshcach, un de ses anciens partenaires, voit en ce crime une volonté de s’attaquer aux “masques”.

Ces masques ont représenté et ont marqué tout une génération et ils sont désormais vieillissant. Mais ce crime, que certains considèrent comme odieux, pourrait changer l’équilibre géo-politique mondial.

Rorshcach va donc s’attacher à trouver ce qui se cache derrière ce forfait, et se rapprochera de ses anciens comparses, le Hibou, Ozymandias, Spectre Soyeux et bien sûr l’incroyable Dr Manhattan, pour déjouer ce qu’il pense être un complot…

Et nos allons le suivre, dans les ruelles les plus sombres et surtout les souvenirs les plus surprenants, ramenant à la surface tous ce qui aurait dû rester enfoui…

Des super-héros… atypiques !

Ce qui surprend dans Watchmen, et dans le scenario que nous propose Alan Moore, est cette différence entre l’image populaire des super-héros et la vision qui ressort de tout ces souvenirs que Rorshcach va faire remonter à la surface… Car, les super-héros que nous découvrons – à l’exception notable de Dr Manhattan – n’ont strictement aucun pouvoir et sont même pour certains totalement déplorables. Nous les découvrons à un âge avancé, à une époque où il leur est difficile de rendre la justice. Ils sont tous d’une façon ou d’une autre piégés dans leur propre histoire ou dans leur souvenir.

Ce meurtre du Comédien va ramener tout cela sur le devant, et faire ressortir tous les pires souvenirs, chacun se souvenant de sa rencontre avec le mort.

Les Watchmen représentent aussi une Amérique uchronique dans laquelle Nixon est toujours président des Etats-Unis et où un seul homme, le Dr Manhattan, est capable de changer la face du monde pour le meilleur ou pour le pire.

Ce comics vous l’aurez compris est totalement immanquable, même si l’on pourrait considérer qu’un petit coup de pinceaux sur les couleurs ne pourrait pas lui faire du mal. Pour le reste, cela reste un chef-d’oeuvre, étrange et envoûtant, servi par un scenario brillant et intelligent et des dessins aussi sombre que l’histoire en elle-même.

Difficile de dire plus que : courez vous le procurer.

Urban Comics (Janvier 2012) – DC – 464 pages – 35 € – 9782365770095
Scenario : Alan Moore
Dessin : Dave Gibbons
Couleur : John Higgins

Quand le Comédien, justicier costumé à la solde du gouvernement américain, est retrouvé assassiné en bas de son immeuble, c’est à l’un de ses anciens partenaires de la lutte contre le crime, le vigilant Rorshcach, de venger son meurtre. Rapidement, so enquête rassemble les héros d’autrefois : le Hibou, aventurier aujourd’hui bedonnant, Ozymandias, l’homme le plus intelligent du monde, et le couple formé par le Spectre Soyeux et Dr Manhattan, être surpuissant au service des Etats-Unis. Le complot qui les lie ravive souvenirs et tensions, et pourrait bien pousser le monde au bord de l’abîme.

Laisser un commentaire