L’ascension du gouverneur de Robert Kirkman et Jay Bonansinga

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.0/10 (3 votes pris en compte)

The Walking Dead – Tome 1

Brian et sa nièce Penny se sont enfermés dans un placard le temps que Philippe, le père de Penny, aidé par Bobby et Nick se débarrassent des zombies qui sont partout dans la maison et menacent la sécurité des hommes.

Le monde a basculé une semaine auparavant sans qu’aucune raison ne puisse l’expliquer : les zombies ont envahi le monde, se nourrissant des vivants et les menaçant au quotidien.

Le petit groupe va tenter de rejoindre Atlanta et le Centre de Contrôle des Epidémies (Le fameux CDC) pour pouvoir survivre et lutter plus efficacement. Tout le groupe n’a qu’un but : préserver la petite Penny.

Et la dernière pensée qui lui vient le frappe en plein front. Il se rend compte qu’ils ont à peu près autant de chances de trouver un refuge dans cette ville, sans parler d’un survivant, que la proverbiale aiguille dans la botte de foin.

The Walking Dead fait un tabac en bande-dessinée et à la télévision, ce qui ne m’a pas empêché jusqu’à présent de passer à côté (non parce que je n’étais pas intéressé, mais parce que je suis passé à côté de l’évènement). Alors, puisqu’il s’agit du premier roman dans cet « univers », j’ai sauté sur l’occasion.

Il s’agit ici d’une histoire en marge de ce qui a déjà été fait, à savoir l’histoire du « Gouverneur », un personnage a priori secondaire de la saga, personnage par ailleurs semble-t-il peu sympathique et nous comprendrons toutes les raisons de cette folie qui l’accompagnera dans le futur.

Aucune explication quant à l’origine de cet étrange mal ni les causes qui transforment les hommes en zombies et aucune recherche non plus de ces raisons, ce qui se comprend puisque les protagonistes ne cherchent que la survie.

Le récit est rythmé, et il est assez effrayant de se rendre compte que, si la lutte contre les zombies semble évidente, le fait de devoir affronter ses congénères vivants est plus difficile à accepter : les guerres de pouvoir sont toujours fréquentes dans un monde où l’entraide serait nécessaire.

L’évolution des personnages et notamment des 2 frères Brian et Philippe est savamment orchestrée jusqu’à la fin pour le moins surprenante.

J’espère que la suite paraîtra bientôt 🙂

Le Livre de Poche (15 mars 2012) – 8.10€ – 9782253134824
Traduction :
Pascal Loubet
Titre Original : The Walking Dead – Rise of the GOvernor (2011)
Couverture  Getty Image.

Dans l’univers de The Walking Dead, il n’y a pas plus méchant que le Gouverneur. Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville  retranchée de Woodbury a son propre sens – complètement déviant – de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient… Sa rencontre avec les héros de la série couvre plusieurs épisodes et en constitue le point fort. Mais aucune explication sur la cause de sa folie et ses manies n’est donnée : pourquoi aime-t-il se détendre en regardant la « télé » (c’est-à-dire 53 aquariums remplis chacun d’une tête de zombie animée) ? Pourquoi a-t-il des rapports malsains avec Penny, une zombie de 12 ans qu’il garde en laisse et à qui il a arraché les dents pour pouvoir l’embrasser ? L’Ascension du Gouverneur décrit son parcours et celui de ses proches depuis le début de l’invasion Z jusqu’à la prise du pouvoir à Woodsbury. Il s’attache ainsi au premier mois de l’invasion, période non couverture par la BD puisque Rick la passe dans le coma.

L'ascension du gouverneur de Robert Kirkman et Jay Bonansinga, 8.0 out of 10 based on 3 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *