Interview : Eoin Colfer

Réalisée par :mail
Date :février 2006
A l’occasion de la parution en janvier en frace du quatrième opus d’Artemis Fowl, nous avons pu réaliser une interview mail avec son auteur… Merci à Gallimard, et à l’agent français d’Eoin d’avoir permis cette interview.
L’interview ayant été réalisé en anglais, vous pouvez la consulter en vo en clique sur ce lien

Allan : Avant de parler d’Opération Opale, qui a été publié en janvier en France, je voulais que l’on parle un peu de vous ; qu’acceptez vous de nous dévoiler sur vous et votre parcours
Eoin : Je suis un quadragénaire irlandais. J’écris sur des traditions irlandaises, magie et fantasy, mais j’aime y apporter un regard moderne, et introduire la technologie dans l’ensemble.

Allan : Le Royaume Uni semble exporter ses auteurs fantasy facilement tandis qu’en France, nous avons du attendre l’adaptation du Seigneur des Anneaux et Harry Potter pour commencer à entendre parler de ces littératures : quelles sont pour vous les raisons de ce décalage ?
Eoin : Je ne sais pas pourquoi c’est ainsi, il y a, j’en suis sur, de nombreux auteurs français. Je pense que les Etats-Unis sont très influents dans ces littératures, et les livres anglais et irlandais ne doivent pas être traduits.

Allan : Puisque j’ai fait allusion à Harry Potter, que pensez vous de son succès ?
Eoin : Je pense que c’est bien. Je suis un fan d’Harry et JK Rowling a aidé à intéresser à la lecture des millions d’enfants.

Allan : Je n’ai pas l’intention de comparer les deux personnages puisque les histoires sont totalement différentes mais je trouve que le succès d’Artemis est plus intéressant parce qu’il ne s’est pas appuyé sur une vague de publicité ; Artemis est devenu connu progressivement. Avec du recul, auriez vous préféré une grande campagne de publicité où vous trouvez cette voie plus intéressante ?
Eoin : Je suis très satisfait d’Artemis et la façon dont il a évolué. Je pense que si les livres avaient été surmédiatisés au début il y aurait eu un retour de bâton. De cette façon, mes fans sont fidèles et restent avec moi de livre en livre.

Allan : Vous êtes le premier auteur anglais que j’interviewe, je voudrais donc savoir si la presse anglaise est aussi sévère que la française où les littératures de l’imaginaire sont considérées comme des sous littératures ?
Eoin : Quelques critiques ne tiennent pas compte des livres de fantasy, mais comme quelques uns des livres les plus prisés sont dans ces genres, Le seigneur des anneaux par exemple, ils sont bien acceptés.

Allan : Avez-vous lu des auteurs français ?
Eoin : J’ai bien entendu lu Dumas, mais seulement dans sa version traduite. Mon français n’est pas encore assez bon.

Allan : Parlons maintenant d’Artemis. La première chose qui m’ait surprise et l’aspect “mauvais garçon” du personnage : nous sommes plus habitué à avoir des “gentils” héros dans la littérature jeunesse… Voulais tu briser des clichés ?
Eoin : J’ai voulu essayer d’être original, bien qu’il y ait déjà des histoires de mauvais garçons plus ancien comme Tom Sawyer et même Oliver Twist, mais ils sont moins nombreux que les héros francs

Allan : Artemis est particulièrement intelligent mais il utilise son talent pour voler ou accroître sa fortune : être un génie conduit forcément au “mauvais côté” ?
Eoin : Je ne pense pas que le génie soit forcément négatif, au cours de l’aventure, Artemis évolue vers un meilleur état d’esprit

Allan : Je dois reconnaître que je n’ai lu que le dernier volume cependant je n’ai eu aucune difficulté à entrer dans l’histoire. Vouliez vous permettre aux lecteurs de comprendre chaque histoire indépendamment ?
Eoin : Oui, je voulais que chaque livre soit autonome, bien qu’il soit préférable de commencer au début.

Allan : J’ai été aussi étonné des libertés que vous avez prises avec les caractéristiques des elfes, des nains… Avez-vous conscience que certains fans vont être choqués ?
Eoin : Oui, j’ai eu quelques plaints de puristes, mais la plupart des fans de fantasy sont ravis de voir une nouvelle interprétation de vieux favoris.

Allan : Maintenant, une question qui trotte dans tous les esprits : allez vous continuer les aventures d’Artemis Fowl ?
Eoin : Je pense qu’il y aura 6 aventures d’Artemis, ensuite, il rangera bien haut son livre des mauvais plans

Allan : J’ai appris que vous étiez venu en France en janvier dernier : venez vous fréquemment et quelle part accordez vous au contact avec vos lecteurs ?
Eoin : Je viens en France au moins deux par an, une fois pour les vacances et une autre pour le travail. Quand je suis là, j’aime bien visiter les librairies et rencontrez les lecteurs et, certaines, fois, faire la lecture.

Laisser un commentaire