Interview : Michel Rozenberg

Réalisée par :Mail
Date :Février 2006
Allan : Pour ce nouveau recueil, tu as rejoint les éditions Nuit d’Avril : qu’est ce qui t’a poussé à opter pour un éditeur français ?
Michel : Le précédent éditeur était déjà un français, pas de changement à ce niveau-là. Je fais en sorte de mettre les chances de mon côté. Il y a d’excellents éditeurs en Belgique mais ils sont relativement frileux lorsqu’il s’agit d’un auteur peu connu et de plus, bien que la Belgique véhicule une forte passion pour le fantastique et l’étrange, aucune maison d’édition ne semble s’y intéresser vraiment. Nuit d’Avril est un spécialiste, si pas le spécialiste du genre en France.

Allan : Ton recueil est une déclinaison sur le thème du temps : as tu un stock de nouvelles dans un coin que tu retravaille pour mettre un thème commun pour le recueil ou alors as-tu créé chacune de tes nouvelles après avoir choisi le thème de départ ?
Michel : Les nouvelles sont indépendantes de ce je qualifie de “META” thème, ici, le temps, car ce dont traite chaque texte est différent (la vieillesse, la solitude, la folie, les remords du passé et l’identification à une cause ou un personnage). J’ai souhaité donner une dynamique supplémentaire au recueil en rassemblant les récits sous une bannière qui sert de fil rouge.

Allan : Si je te dis que j’ai ressenti dans les différentes personnalités de tes personnages, un petit côté King : ce côté personnage travaillé mais proche de nous, notre potentiellement voisin , prendrais-tu cela comme un compliment ou non ?
Michel : Oui, bien sûr, c’est un énorme compliment, bien que je positionne KING à des années lumières de moi à tous points de vue, qualité, idées, quantité, notoriété…
Certains disent de mes textes qu’ils s’apparentent aussi à une frange de l’école belge du fantastique (Thomas Owen). Finalement, ce qui est important n’est pas de ressembler à tel ou tel grand de ce monde, mais d’essayer de créer son propre univers imaginaire et j’espère y parvenir.

Allan : Es-tu déjà en écriture ?
Michel : Oui, à l’aise, car je corrige les textes d’Altérations qui sera réédité par Nuit d’Avril en Juin et qui reçois ainsi une nouvelle jeunesse et surtout une chance d’être diffusé en France,ce qui n’a pas vraiment été le cas à l’époque du Colibris. Après cela, je me mets sérieusement à l’écriture du suivant que j’espère terminer à la fin de cette année.

Laisser un commentaire