Ange Gardien de Kim Harrison

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Madison Avery – Tome 1

Madison est une jeune fille de 17 ans qui est morte par un concours de circonstances le jour de son bal de promo (qui est aussi celui de son anniversaire). Victime d’un ange déchu, elle ne doit la poursuite de sa vie qu’au vol d’une amulette sur son meurtrier. Désormais protégé et éduqué par un Ange et un maître du temps, la jeune fille ne fait rien pour simplifier son ami.

D’un geste fluide qui me fit sursauter, elle retira son épée de sous ma gorge pour la pointer sur Kairos. Ce dernier la vit et s’arrêta avec une rapidité cosmique.

Ce nouveau récit des éditions Castelmore met donc en avant une jeune morte dont tout le monde semble souhaiter la mort pour une raison qui nous reste totalement obscure. Doté d’un grand destin à venir, ou victime des facéties des deux clans d’anges, la jeune fille a un caractère bien trempée qui l’a fait s’opposer souvent aux défenseurs des règles auxquels elle est confrontée.

Ce premier volume va nous faire découvrir tout un univers caché qui ne nous ait pas accessible actuellement et nous allons pouvoir nous attacher aux diférents protagonistes.

Bien sûr, il ne s’agit que d’un premier volume et comme bien souvent, cela a pour conséquence de nécessiter une mise en place qui entraîne certaines longueurs, mais rien de bien insurmontable.

Une lecture qui sera plutôt réservé à un lectorat jeune.

Castelmore (14 octobre 2011) – 223 pages – 12,90 € – 9782362310324

Traduction : Arnaud Demaegd
Titre Original : Once Dead, Twice Shy (2009)

Madison a été assassinée la nuit de son bal de promo. Son meurtrier ? Un ange déchu.
Par chance, Madison a réussi à lui voler son amulette et à conserver l’illusion d’un corps (le vrai a disparu – et c’est un poil problématique), ce qui lui permet d’avoir une vie normale… enfin, presque.
Car l’ange qu’on lui envoie bientôt pour la former aux arts célestes va lui faire comprendre que le bien et le mal sont deux notions assez relatives quand le ciel s’en empare. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *