Apprenti épouvanteur (L’) de Joseph Delaney

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

L’Epouvanteur – 1

Tom vient d’avoir treize ans, et la nouvelle vient de lui être annoncée : il doit quitter la ferme de ses parents pour devenir l’apprenti de l’épouvanteur. Sous cette profession se cache le devoir que lui impose sa mère. Il est le septième fils d’un septième fils et son destin est de chasser les sorcières et les gobelins afin d’offrir une vie tranquille aux habitants du comté. Armé de son don pour ressentir les forces du mal, Tom doit affronter ses peurs et survivre aux épreuves que lui fait subir son nouveau maître.

La forme de l’histoire est classique pour le genre : un jeune garçon se fait apprenti contraint d’un épouvanteur et va devoir affronter la sorcellerie et le mal. Mais le mélange du merveilleux à la réalité moyenâgeuse est bien réussit. Le scénario et les descriptions sont rapides et efficaces, cela suffit à plonger le lecteur dans une ambiance « épouvantable ».
Pour une histoire destinée à la jeunesse, elle est à déconseiller aux plus sensibles, enfants comme adultes. Si vous avez peur des ombres et du noir, ce livre n’est absolument pas pour vous (comme l’indique la double mention sur la quatrième de couverture).
Une fois tombé dans cet ouvrage, on ne peut plus en sortir. Ses 275 pages en font un livre trop court à mon goût. J’en veux encore et je suis heureuse de vous apprendre qu’il y a trois autres tomes suivant celui-ci.
L’objet-livre en lui-même émerveille le lecteur : loin du caractère classique de la couverture plastifiée, il a la texture du cuir patiné, usé sur la tranche, comme traversant le temps et les générations. Ce petit plus en fait un grimoire très attractif aux yeux des enfants et embellit les bibliothèques.
Pour résumé, je dirais que ce livre est merveilleusement épouvantable.

Bayard Littérature div (10 mars 2005)275 pages 11.90 € ISBN : 978-2747017107
Traduction : Marie-Hélène Delval

L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman.
Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.  » Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté.
Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *