Grand Siècle « l’Académie de l’Ether » de Johan Heliot

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

« Une intelligence artificielle s’élance à la conquête de la cour de Louis XIV »

Lorsque le génie de l’Esprit non-humain se frotte à la mécanique de la matière, c’est un incendie de tourments et d’aventures. Les pages de Grand Siècle « L’Académie de l’Ether se tournent toutes seules. Ce nouvel opus vertigineux de Johan Heliot vient confirmer son rang de maître de l’Uchronie. Après la Seconde Guerre Mondiale dans la « Trilogie de la Lune » et les années 60 de « Françatome », c’est toujours dans une France en guerre mais au 17ème siècle de Louis XIV que l’auteur choisit de nous immerger, L’ambiance s’installe lentement mais sûrement dans cette période charnière de l’histoire de notre nation, dévoilant méthodiquement son aspect ténébreux et cruel, mais aussi stimulant pour l’intellect, surtout avec l’apparition uchronique d’une intelligence non-humaine, sous la forme d’un ordinateur vivant, fascinant et redoutable. L’IA est parfaitement exploité par l’auteur, revêtant la forme d’une sphère mystérieuse et aussi troublante que l’anneau unique de Tolkien, elle se lance dés son éveil à la conquête de l’univers.
L’Unité d’Exploration Conscientisée, utilise, manipule et assassine ses porteurs dans le but de développer une technologie capable de conquérir le ciel via le voyage spatial.
Un éloge de l’héroïsme, de la volonté et de la discipline personnelle
Légende humaniste ancrée dans la vie Parisienne, Grand Siècle regorge d’aventures, bondissant des effrayants bas-fonds de la capitale aux lieux les plus glorieux de l’histoire de la noblesse.
On y fait la connaissance d’une fratrie de paysans prêts à tous pour survivre et se forger une place de choix dans le monde impitoyable dans lequel ils travaillent, évoluent et apprennent à se dépasser.
On y fait également la connaissance du jeune Louis XIV que l’on voit grandir pour devenir presque fou et mégalomane aussi bien qu’héroïque et courageux. On y croise un Blaise Pascal fascinant par sa force d’âme, son érudition et son génie scientifique. Les complots de Mazarin, Condés et autres princes fêlons sont au cœur d’une intrigue complexe mais pas labyrinthique.
L’ambition est dans cette œuvre le moteur de tous les protagonistes, et l’on devine à quel point cette pulsion qui conduit à l’ascension sociale mais aussi au développement personnel conduit les êtres humains et non-humains sur un sentier étroit, ambigu ou le moindre faux pas peut conduire à la mort et à la déchéance la plus totale.
Le monde que nous dépeint Johan Heliot est féroce, étouffant et pourtant porteur de miracles et d’espoirs qu’il faut mériter dans le sang, la sueur et le ferraillement de l’âme.
Une grande réussite
Fluidité et dépouillement du style. Erudition et création historique. Poésie tragique de l’univers. Densité et profondeur des personnages. Machinations à la cour du roi et à la cour des miracles. Apparition de la presse contestataire. Guerre d’Espagne et Fronde. Découverte de l’électromagnétisme et de la mythique « Effluvine ». Affrontement subtil entre une humanité primitive et une IA qui rêve elle aussi de gloire. Voilà les nombreux éléments clefs qui font de Grand Siècle un roman attrayant de bout en bout. C’est avec brio que l’auteur y abat ses cartes finales maintenant un suspense constant qui signe une maîtrise implacable de l’écriture. Des trésors de littérature et culture donc qui seul bémol nécessitent une lecture patiente pour mériter les surprises et les nombreux rebondissements de cette histoire dans la grande histoire, de cette aventure uchronique où la machine et la technologie viennent accélérer le destin de la France pour la conduire vers des horizons meurtriers et grandioses.
Quatrième de couverture :
L’ambitieux lieutenant de frégate Baptiste Rochet présente au jeune Louis XIV une étrange météorite sphérique, rapportée de son dernier périple en mer. Médusé, le mathématicien et penseur Blaise Pascal y trouve alors une terrifiante source d’inspiration. Ses découvertes bouleverseront à tout jamais le destin du Roi-Soleil et de son royaume, ainsi que les vies d’une fratrie tentant d’échapper à la misère et impliquée bien malgré elle dans les drames à venir. Nobles comploteurs, inventions géniales de Pascal, imprimeurs libellistes, malfrats sans pitié de la cour des Miracles et mousquetaires désenchantés peuplent le théâtre d’un monde sur le point de basculer dans un Grand Siècle futuriste, entre ombre et lumière, entre la terre et les étoiles. Johan Heliot signe avec cette nouvelle grande trilogie uchronique une fresque ambitieuse et passionnante qui interroge la grande histoire, le pouvoir de la science et les vies tourmentées de personnages inoubliables.

Mnémos (18 mai 2017) – Icares – 19,00€ – 299 pages – 9782354085681

L’ambitieux lieutenant de frégate Baptiste Rochet présente au jeune Louis XIV une étrange météorite sphérique, rapportée de son dernier périple en mer. Médusé, le mathématicien et penseur Blaise Pascal y trouve alors une terrifiante source d’inspiration. Ses découvertes bouleverseront à tout jamais le destin du Roi-Soleil et de son royaume, ainsi que les vies d’une fratrie tentant d’échapper à la misère et impliquée bien malgré elle dans les drames à venir.

Nobles comploteurs, inventions géniales de Pascal, imprimeurs libellistes, malfrats sans pitié de la cour des Miracles et mousquetaires désenchantés peuplent le théâtre d’un monde sur le point de basculer dans un Grand Siècle futuriste, entre ombre et lumière, entre la terre et les étoiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *