La Porte des neuf mondes de Philippe Ossena

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.2/10 (6 votes pris en compte)

La Prophétie du Ragnarok – Tome 1

Eric, un jeune garçon solitaire, fait des cauchemars toutes les nuits, impliquant une dame de la lune et lui montrant la Terre se faisant détruire par un serpent géant. Après un réveil douloureux, il se souvent de ce que lui a annoncé la femme : il doit avertir Odin que le Ragnarok est en route…

Peu avisé en terme de mythologies nordiques, le jeune garçon se retrouvera dans une étrange forêt, loin de chez lui et sans aucune idée de la façon de rejoindre le Royaume des Dieux.

Pour ce livre jeunesse d’un éditeur que je ne connaissais pas, la mythologie nordique est mise en avant avec notamment ce fameux Ragnarok qui n’est rien moins que l’annonce de la fin du monde.

Le ressort d’utiliser un jeune garçon pour mener une quête qui permettra de sauver (ou pas d’ailleurs) le monde est assez classique mais de par le sujet lui-même, un renouveau existe par rapport aux histoires que nous sommes amenés  à lire sur le même thème.

J’ai eu un peu l’impression de me retrouver à lire pour partie les Chroniques de Thomas Covenant avec ce côté un peu paumé du héros et le non « Alignement » du héros avec son destin… De même, et c’est quelque chose que nous voyons plutôt souvent, je suis toujours surpris par la rapidité avec laquelle l’auteur fait accepter sa situation à Eric.

Cela dit, il ne faut pas oublier de rappeler que cette lecture est destiné à un public jeune et qu’il ne faut de ce fait ne pas trop compléxifier la trame.

Un roman donc qui se lira notamment pour l’originalité qui consiste à prendre racine dans l’histoire nordique.

Sortilèges (Avril 2012) – Rêve de Dragon  – 370 pages – 16.50 € – 9791091228008

Couverture : Laura Csajagi

Je vois un long et effroyable hiver, dont la morsure du froid rongera les chairs. S’élèveront ensuite des torrents de feu, aux flammes furieuses déchirant les cieux. De ce déclin, Ragnarok sera le nom, quand les affreux Monstres s’éveilleront. Le serpent des mers étranglera la Terre, au son du galop des loups qui s’accélère. Leur course céleste s’achevant enfin. Dans la gueule de Skoll, le soleil s’éteint. Sous les crocs de Hati, la lune périt. Dans la mer s’effondrent les astres de nuit…

La Porte des neuf mondes de Philippe Ossena, 9.2 out of 10 based on 6 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *