Mars la verte de Kim Stanley Robinson

Cycle de Mars 2

Après leur voyage à bord de l’Arès, les 100 premiers s’installent sur Mars, fondent leur colonie, Underhill, et commencent le terraformage. Puis viennent les colons, qui les aident dans ce long processus d’adapter la planète à la vie humaine. Mais la Terre veut profiter de ce filon inattendu de matières premières. L’ONU s’y installe, avec ses forces de sécurité et celles des multinationales. En 2061, les colons se révoltent, mais sont écrasée, leurs villes détruites. Pourtant ils arrivent à détruire l’ascenceur spatial. Dans une émeute, john Boone est assassiné par des émigrants arabes, en relation avec Frank Chalmers.

Une partie des 100 premiers, menés par Hiroko, la biologiste, se sont réfugiés au pôle sud, et y ont construits Zygote, où ils peuvent vivre en paix et élever leurs enfants.C’est ici que naissent Nirgal, Dao, Jackie
Coyote emmène Nirgal dans un tour de Mars, et kui fait visiter toutes les communautés de l’underground : Rouges, bogdanovistes, mars-unistes, boonéens,etc… Mais quelques mois après leur retour, les réfugiés doivent déménager, ils construisent alors Gamète.
Sur Terre, la transnat Praxis a compris qu’il fallait donner le pouvoir aux colons. Pour les aider, elle envoie un ambassadeur, Art Randolph, destiné à rester sur mars jusqu’à sa mort. D’ailleurs, les résistants le repèrent vite et le gardent avec eux.
Ann Clayborn, avec l’aide de Coyote, organise la résistance et prépare les opérations de guérilla pour arrêter le terraforming. Pour elle, Mars doit rester le pluspossible dans son état naturel, c’est l’homme qui doit s’adapter, non la planète.
Sax, comme Spencer, passe sur le billard,pour pouvoir revenir sur le devant de la scène et intégrer des laboratoires Mais im manque être reconnu par phyllis Boyle, qui est devenue la représentante de l’Onu sur Mars. en outre, Phyllis drague Sax, sans se douter de son identité.


En fait, il est assez difficile de faire une critique de cet opus, puisque les principes sont les même que pour mars la rouge (déjà traitée). En fait, ces 2 livres sont très semblables et aucune différence de taille ne se distingue.

Ainsi, il y a toujours l’évolution de la conquête de Mars, avec l’arrivée massive de colons, en dépit du combat des 100 premiers, qui craignent de voir Mars dévastée. C’est pourquoi Ann Clayborne multiplie les attentats contre les installations humaines, pour essayer de maintenir la planète dans sa pureté originelle. Car, il y a toujours des changements. Il faut tailler des routes et des infrastructures, introduire une atmosphère respirable et de l’eau sur Mars, etc …

Ensuite, nous pouvons distinguer la préoccupation majeure pour l’environnemnt , avec une Terre ultra polluée, soumise à une montée des eaux et un changement climatique. Ce qui explique l’exode massif de la population vers d’autres planètes. Ce qui est rendu préoccupant par le traitement de longévité mis au point par Vlad, car en triplant l’espérance de vie, il entraine des problèmes évidents, comme le chômage, la famine, etc…

Enfin, c’est toujours un livre aux implications géopolitiques très développées. On y distingue de nombreuses implications, avec des complots, des luttes et des tentatives d’union des partis, avec notamment la création d’une constitution et d’un état fédéral, dirigé par Nadia. On se rend compte des problèmes liés à l’ordre : anarchie ou état, fédéral ou centralisé, capitaliste ou communiste. Les choix sont nombreux et pas toujours évidents.

Mars la rouge…les hommes ont débarqués sur un nouveau monde, qu’ils ont entrepris de modifier pour le rendre habitable. C’est une utopie à long terme : créer une atmosphère, changer les déserts et les cratères arides en prairie, la glace des pôles en fleuves, en mers.
Mais les hommes et les femmes ont changé, eux aussi. Depuis leur révolution, durement réprimée, de 2061, les Cents Premiers sur Mars se sont dispersés sur toute l’étendue de la planète. Certains, constructeurs de villes radieuses, vivent au grand jour sous la surveillance orbitale de l’ONU. D’autres ont rejoint l’underground, la résistance, ses opérations de sabotage écologique, ses factions extrémistes, Mars-Unistes ou Rouges.
Tout peut à nouveau basculer dans la violence, et le rêve d’une Mars vivable et douce se transformer en cauchemar.
Mais pendant ce temps, sur Terre, entre toutes les multinationales avides, une seule a compris l’enjeu. Il faut libérer mars. Avec ceux qui sont en train d’en faire Mars la verte.

presses de la cité (1995)657 pages 9.99 € ISBN : 2.258.03930.4
Traduction : Michel Demuth
Titre Original : Green Mars
Couverture : de
1993

Laisser un commentaire