Le Don de Fiona McIntosh

Le Dernier Souffle 1

Régulièrement, des guerres opposent le royaume de Morgravia et de Briavel, guerres où la victoire revient fréquemment à Morgravia.

Au cours du dernier combat, le roi Magnus perdra son général, Fergys Thirsk et le roi cessera du coup le combat.

Il fera la promesse à Fergys mourant de s’occuper de Wyl son fils, destiné à le remplacer à la tête de la légion. Magnus le fera mais au détriment de son propre fils, le prince Celimus.

Le ressentiment entre les deux hommes s’amplifiera et atteindra son apogée lors de la condamnation à mort de Myrren une femme suspectée de sorcellerie. C’est au cours de la mise à mort de Myrren que Wyl recevra un Don qui ressurgira bien plus tard…

tout d’abord un petit extrait pour vous mettre l’eau à la bouche :
Wyl vit avec horreur Celimus baisser la main et donner le signal. Ses yeux passèrent dans la cour où il vit une hache monter vers me ciel puis s’abattre. Sidéré, l’âme dévastée il regarde la vie de son ami s’arrêter tranchée net. Même l’utilisation de la hache était une insulte faite au statut de noble…”

Quand on lit le quatrième de couverture, nous avons le droit à un avertissement de Robin Hobb (rien que ça) pour nous indiquer la qualité de l’oeuvre… Et je confirme que j’ai eu moi aussi beaucoup de mal à fermer soir après soir tellement la trame narrative est bien construite.

Il s’agit bien à mon sens d’Héroïc Fantasy, mais les combats de masse sont peu présents, Fiona McIntosh jouant énormément sur l’aspect psychologique, le sens du devoir mais aussi sur des éléments tels que la diplomatie.

La magie est bien présente bien que cachée, taboue.

Les évènements qui vont surgir sont à chaque fois déroutant et rien n’est acquis.

Le Don est vraiment une oeuvre à lire de toute urgence ou à mettre au pied du sapin, vous ne regretterez pas votre choix.

A peine plus qu’un adolescent, Wyl Thirsk doit assumer le rôle pour lequel on le destinait depuis sa naissance : commandant en chef des armées de Morgravia – une énorme responsabilité qui le conduit droit à la cour du prince Célimus. Ce dernier, cruel despote qui se délecte de la souffrance des autres, prend un malin plaisir à forcer son nouveau “général” à assister à ses divertissements malsains. Mais un geste de bonté envers une sorcière condamnée au bûcher vaudra à Wyl un don miraculeux ainsi que la colère de son seigneur et maître.

La guerre menaçant au nord, Wyl doit obéir aux ordres du traître Celimus et se voit confier une mission suicidaire à la cour ennemie – avec pour seule arme un mystérieux pouvoir dont il ne soupçonne même pas l’existence. Or, s’il n’embrasse pas le Dernier Souffle de Myrren, il sera détruit… et avec lui le pays qu’il a juré de se défendre.
Bragelonne (Novembre 2006)511 pages 9.99 € ISBN : 2-352-94008-7
Traduction : Frédéric Le Berre
Titre Original : Myrren’s Gift (2003)

Couverture : Sarry Long

Laisser un commentaire