Cycle de Rohel le Conqu

Il s’agit d’un space opera recouvrant 16 galaxies la Terre se trouvant dans la 16ème, bien que n’étant qu’implicitement appelée Terre.
Le système de déplacement : vaisseau spatial avec propulsion hypsaut ( hypersaut quantique ), mais même en hypsaut, la traversée dure plusieurs mois.

La trame :
Les garloups, un étrange peuple, ont investi la seizième voie galactica et contraint Rohel le Vioter notre héros à dérober une mystérieuse formule à une église intergalactique en pleine expansion.
Pour le contraindre à agir, ils kidnappent Saphyr d’antiter, la promise de Rohel …

S’en suit une série de 14 volumes dans lesquels il rencontrera diverses personnes qui l’aideront tout au long de sa quête, mais qui n’interagiront pas malheureusement d’un livre à l’autre (et c’est là que l’on sent qu’il s’agit bel et bien d’ouvrages séparés).

Passant d’un enfer à un paradis, de l’eau au feu, Rohel arrivera t’-il à percer le secret des Garloups ?
Il y a autant d’action sur terre qu’en mer ou dans les airs, le monde est complet, les systèmes politiques sont pensés et développés (parfois avec trop de détails à mon goût, pour des interactions parfois éphémères).

Akwel : Excellent univers qui ressemble à celui des guerriers du silence (je dirai plutôt que l’univers des GDS ressemble à celui de rohel par rapport à la chronologie).
Un livre qui est une ode à la richesse intérieure de chacun, comme souvent apparemment chez Bordage. Une farouche critique de la religion, non pas dans le sens de l’idéologie, mais de son utilisation humaine.
Les péripéties sont très bien rapportées, l’histoire est envoûtante, j’ai vraiment eu envie de connaître l’issue finale, de savoir comment se terminerait l’épopée de Rohel.
Pour les fans de space op, c’est vraiment un bel ouvrage avec tous les ingrédients nécessaires aux plus sordides intrigues, avec même quelques scènes osées .
J’ai beaucoup aimé les critiques et les prises de position de l’auteur, vis-à-vis de la religion, des gouvernements et de la perfidie humaine ; chacun reconnaîtra dans un des personnages odieux l’un de ses traits de caractère, ou celui de son voisin.
J’ai apprécié aussi l’univers technologique qui reste relativement crédible dans un futur lointain certes, mais envisageable.
J’ai surtout apprécié le mélange de mystique et de technologique, une alliance entre la magie de la technologie qui est tout à fait agréable lorsque les deux forces s’opposent dans l’aventure.

Critiques cependant : la fin un peu longue, l’avant-dernier livre trop long, trop ennuyeux à mon goût.
Je n’ai pas aimé « Les chŒurs du vent » ni « Le grand fleuve du temps », ce qui a pour une bonne part ralenti ma lecture. J’ai trouvé pour le premier trop de détails sur l’ordre des « chŒurs du vent » qui n’était pas nécessaire à mon sens à ce stade de l’Œuvre.

Invulnérabilité du héros parfois désespérante pr le lecteur : plus de surprise lorsqu’il s’en sort toujours de la même manière, c’est ce qui me gène un peu. On fini par connaître la suite du texte sans même l’avoir lu et ce, livre après livre, ce qui crée une certaine monotonie.
Pour utiliser une image, il ressemble à un personnage de jeu de rôle qui au cours de l’ensemble de son périple n’utiliserait que les mêmes compétences.
Par ailleurs, je trouve que notre Rohel est un bourreau des cŒurs, un petit peu trop parfois , comprenez une nouvelle conquète par livre, ce qui est assez rebarbatif.

J’ai aimé la fin, j’ai aimé suivre l’histoire de Rohel le Vioter Princeps d’Antiter, on fini par bien l’aimer notre héros invulnérable, on sait que tant qu’il sera sur les pages, rien ne pourra nous arriver. D’ailleurs on ne s’en passe pas.

Un très bon livre que je conseille et une excellente oeuvre à lire absolument.

Dans un univers dévasté par des siècles d’obscurantisme surgit un homme au destin exceptionnel : Rohel Le Vioter. Manipule par le “Cartel des Garloups” qui a enlevé sa fiancée Saphyr, il dérobe à l’Eglise du Chêne Vénérable une formule mentale aux pouvoirs fabuleux. Le voici contraint de faire face aux puissances résolues à s’emparer du secret. Car, pour les peuples innombrables des galaxies, il incarne l’espoir d’une liberté retrouvée.
Atalante (1999)856 pages 22.71 € ISBN : 2-841-72109-4 Vaugirard 1993

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *