La Voix des morts de Orson Scott Card

Cycle d’Ender 2

Le débat prend de l’ampleur : qu’est-ce qu’une espèce intelligente ? Les hommes ont-ils droit de vie et de mort sur tous ? L’angoisse de l’espèce humaine, sa paranoïa, sa peur de s’éteindre malgré une suprématie subjective est le centre de l’aventure que propose Card. A travers ses personnages, humains ou extra-terrestres, organiques ou non, il nous offre une foule de réflexions et de sentiments. Le scénario est savamment dosé, la lecture est fluide malgré un vocabulaire emprunt de portugais, langue de Lusitania. On s’attache à de nouveaux personnages et on retrouve avec plaisir ceux que l’on connaît déjà, dont Ender, bien sûr, qui en trois mille ans, a à peine pris quelques rides…
Encore un volume que l’on peut lire en solo ou intégré au cycle, sachant qu’à la dernière phrase du livre, on est pris d’une irrésistible envie d’ouvrir le prochain tome…

Orson Scott Card est né en 1951. D’aucuns considèrent Le Cycle d’Ender comme le chef-d’oeuvre de cet auteur contemporain majeur. De confession mormone, Card n’a de cesse de mettre en scène des quêtes initiatiques, où l’accomplissement de l’Homme s’opère par le biais d’une souffrance toujours nécessaire.

Trois mille ans se sont écoulés depuis l’extermination des doryphores, et les hommes se croient désormais seuls dans l’univers. Or, sur la planète Lusitania, on découvre l’existence des piggies, bipèdes mi-hommes mi-cochons doues d’intelligence.

Des scientifiques sont détachés pour les étudier mais, sans mobile apparent, ils sont assassines. L’humanité s’interroge : doit-on s’inquiéter de cette nouvelle menace, et la détruire?

Afin de rendre hommage aux victimes, on convoque sur la planète un porte-parole des morts. Mais voilà, dans ses bagages se trouve un cocon ou vit la dernière reine des doryphores. Car cet homme n’est autre qu’Ender, Le Xénocide.

Récompenses :
Prix Hugo et Nébula 1987.

J’ai Lu (Avril 2001)448 pages 6.80 € ISBN : 2-290-31292-4
Traduction : Daniel Lemoine
Titre Original : Speaker for the Dead (1986)

Réédition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *