Les Cendres de L’oubli de Carina Rozenfeld

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.0/10 (1 vote pris en compte)

Phaenix – Tome 1

Anaïs quitte Paris avec sa famille pour partir en Province, ces parents ayant décidés de changer totalement de vie et d’ouvrir des chambres d’hôtes. Ce qui veut dire que la jeune fille va devoir refaire totalement sa vie dans un lieu où elle n’était habituée qu’à passer ses vacances ! Heureusement pour elle, Garance, amie de vacances, est toujours là et qui plus est dans la même classe… Pas de doute, ça va l’aider à ne pas se sentir trop perdue. D’autant plus que ces anciens amis l’aident à tenir par Facebook interposé.

Et puis, deux garçons vont la remarquer, dont l’un, Eidan,  est d’ailleurs plutôt ténébreux, un sentiment de danger l’entourant.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes si on excepte ces démangeaisons qui se répandent et ces tâches qui apparaissent toujours plus nombreuses sur la paume de ses mains.

Sans répondre, les yeux fixés sur le gravier de l’allée, je la suivis le long des palmiers et des lauriers-roses qui portaient leurs dernières fleurs fatiguées de la saison. Qui était cet Eidan ?

Nous avons déjà eu l’occasion de chroniquer plusieurs titres de Carina ces dernières années (vous pouvez retrouver les chroniques de Le Livre des âmes ou encore les clefs de babel) et de voir un nouveau titre est toujours un plaisir. Pourtant, ce titre diffère de ces derniers écrits : si le public est le même, à savoir les jeunes adultes, le livre est clairement un livre plus axé sentiment, parlant d’un amour immortel et je n’hésites donc pas à dire qu’il conviendra plutôt à la gente féminine que masculine. Nous nous retrouvons à l’université avec la jeune fille qui va découvrir son nouvel environnement avec tout ce que cela implique en terme de relation sociale. Les jeunes qui liront retrouveront donc une ambiance qu’ils connaissent avec ces codes et ces inquiétudes. L’aspect “fantastique” n’apparaît pas réellement dans les premiers temps même si on se doute que ce “chatouillement” au niveau des mains, et cet apaisement par le contact du beau et ténébreux jeune homme n’a rien de naturel / normal.

Ce titre prend son temps : pas de grand combat, pas de coup d’adrénaline, l’histoire coule et c’est très bien.

Laetitia 

Anaïa jeune femme de bientôt 18 ans vit depuis peu en Provence avec ses parents et suit des cours en 1ére année à l’université. Passionnée de théâtre et de musique, elle pratique ces deux activités avec talent. En quittant Paris elle se retrouve dans une nouvelle vie avec des nouveaux camarades et un nouveau rêve qui revient très fréquemment la nuit.

Rêve, cauchemar ou souvenirs ?

A chaque fois elle avance un peu plus dans le lieu de ce rêve et découvre ainsi petit à petit de nouveaux détails. C’est un lieu angoissant et en même temps familier. Ses nuits sont donc agitées, mais ses journées ne sont pas de tout repos non plus. Entre ses cours et ces deux garçons qui semble la connaitre depuis toujours, des grains de beauté apparaissent au creux de sa main, tout ça la perturbe. Il y a aussi cette phrase, qui lui ai répétée dans son rêve et qui l’intrigue “tu es chez toi” lui dit une voix masculine. Que signifie t-elle ? Il faut qu’elle comprenne, qu’elle se souvienne. C’est important pour ne pas refaire la même erreur que dans le passé, dans une autre vie. Elle fait partie du Phaenix, comme cet oiseau mythique qui renaît de ses cendres, elle aussi revient de loin. Elle a un destin et un passé qui l’ont poussé malgré elle à revenir là où elle se trouve aujourd’hui. Il faut absolument qu’elle sache qui elle est et qu’elle comprenne son erreur avant qu’il ne soit trop tard, il ne faut pas qu’elle retombe dans ses bras à lui …

Un livre passionnant, on est prit dans l’histoire dés le début, je l’ai dévoré du début à la fin.

Robert Laffont (Septembre 2012) – R – 450 pages – 17,90€ – 9782221126974

 Depuis l’origine du monde, le Phaenix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes soeurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis… Aujourd’hui, dans le Sud de la France. 
Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. 
Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S’ouvriront alors les portes d’une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

 

Les Cendres de L'oubli de Carina Rozenfeld, 8.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *