Résolution de Li-Cam

Nous vous avions parlé l’année dernière du premier récit / novella dans la collection Eutopia des éditions La Volte. Il s’agissait d’Un Souvenir de Loti de Philippe Curval. La deuxième novella sera donc celle de Li-Cam et Résolution.

Dans ce court récit, moins de 150 pages, nous découvrons ce qui semble être la conséquence logique de notre monde centré sur une forme d’égoïsme et de haine que nous voyons se répandre de plus en plus, notamment au travers des réseaux dits sociaux.

Alors, j’ai été très surpris en premier abord dans la lecture, ne voyant pas où se situait l’Eutopie… Et puis nous rencontrons Wen, de qui ont dit depuis la naissance qu’elle a des “dispositions particulières”, ces “dispositions” la rendant partiellement inadaptée à la société. Et donc, elle fait part de ses angoisses au travers d’un blog, Le Monde selon Wen, qui attire le regard de chercheurs.

Si les artistes savaient ce que l’on peut lire dans leurs oeuvres, et e que l’on en fait, ils s’exileraient sur une autre planète

La façon dont elle aborde les relations sociales et la façon dont elle a réussi à modéliser celles-ci, vont permettre une expérience hors-norme, à la création d’une société, l’Adelphie, où la base de son travail servira de base à la constitution de quelque chose de nouveau, de riche et contrant cette société qui est en chute libre. Cette société sera placée sous le regard bienveillant de Sun, une Intelligence Artificielle qui doit tout apprendre elle aussi.

Mais cette façon de vivre est nouvelle pour toute une génération, une génération qui a vu le monde s’écrouler. Et cette génération doit bien prendre en considération que le monde en question est très fragile, et qu’un rien peut l’emporter.

L’Utopie des uns est la Dystopie des autres

Ce qui est étonnant dans ce récit de Li-Cam, c’est que la personne qui permet cette harmonie et cette société eutopique, est Wen, une personnalité qui a toujours eu du mal à gérer cette relation interpersonnelle. Comme s’il était finalement plus simple de comprendre les interactions humaines lorsque nous en sommes exclus. Cette particularité de Wen est ce qui a permis la constitution de l’IA d’Adelphe, une IA qui répond toujours dans un axe positif et constructif aux interactions des différents adelphiens.

Une occasion aussi de se poser la question sur ce que nous voulons faire de nos différents outils car l’IA n’est ni bonne ni mauvaise et nous voyons bien dans Résolution que l’IA est en même temps responsable pour partie de la chute de notre société et dans le même temps ce qui permet l’Eutopie.

Pendant longtemps, il se disait dans les milieux scientifiques que les gagnants de la course à l’IA gouverneraient le monde. Nous sommes les gagnants

Un deuxième choix judicieux pour une science-fiction un peu plus optimiste que ce que nous lisons habituellement.

La Volte (Septembre 2019) – Collection Eutopia – 151 pages – 8€ – 9782370490841
Couverture : What are you Seeing de Katty Huertas

Avant l’effondrement, il y avait la haine, l’égoïsme et la quête effrénée du profit. Les rivalités ont fait surgir des Intelligences Artificielles militaires capables d’attiser les discordes et de submerger le monde sous des avalanches de rumeurs et de Fake News. C’est durant ce cataclysme que Wen rédige Le Monde selon Wen, un blog prophétique, exutoire à ses angoisses, qui attire l’attention d’une équipe de chercheurs.
Personnalité complexe, socialement inadaptée quoique capable de modéliser les interactions humaines, Wen participe à la fondation d’une société, l’Adelphie, sur une île au large de Saint-Pierre-Et-Miquelon. Avec, au coeur de cette harmonie, une IA nommée Sun dont la bienveillance rayonne sur les trois cents Adelphiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *