La Pointe d

La Compagnie noire 6

Casier philodendron est l’ami de Corbeau. Peut être son seul ami, depuis leur désastreuse rencontre, après la bataille des Tumulus, avec les membres de la Compagnie noire et surtout Chérie.
Le rejeton de l’arbre dieu garde en son bois la pointe d’argent qui renferme l’essence maudite du Dominateur.
Cependant tourne autour des Tumulus un énorme chien à trois pattes, sans cesse repoussé par le jeune arbre dieu, et quatre voleurs se mettent en tête de dérober la pointe, pensant pouvoir en tirer un bon prix auprès de n’importe quel mage.


La Compagnie, ou ses anciens membres, se fragmentant, d’autres que Toubib prennent la charge d’annaliste. Cette fois, c’est Casier, ancien soldat de l’empire, qui prend sa plus belle plume et nous relatent les faits dont Toubib et sa Dame n’ont vu que de lointaine manifestation derrière eux. Une dernière fois, bien que l’on ne puisse en être sur avec ces annales, vont se rencontrer certaines des forces qui avaient défait le Dominateur aux Tumulus, dans un combat titanesque.
Cet autre point de vu arrive à être… autre. Nous n’avons pas un clone de Toubib avec un nom différent, mais bien deux annalistes différents. Aucune perte de rythme, de plaisir, mais reste l’impatience de savoir ce qui est arrivé à nos «Héros principaux », Toubib et La Dame. Malgré cela, aucune déception, «la pointe d’argent » n’a rien un interlude, ni d’un effet de manche pour faire languir le lecteur.
Aller, je vous le dis, vous en saurez plus dans le septième livre, Saison funeste.


2002 Editons Atalante (2002)374 pages 9.99 € ISBN : 2-84172-198-1
Traduction : Alain Robert
Titre Original : The silver spike (1989)

Couverture : de Didier Graffet
2002 2002

Laisser un commentaire