D

Le livre que nous propose Nestiveqnen intègre en plus de Déchant cinq nouvelles…

Le Déchant : Isabelle Perrelin habite seule dans son immeuble qui devrait, selon toute probabilité, être détruit très prochainement. Musicienne raté, elle passe son temps à écouter de la musique. L’esprit travaillé par tous ces talents du passé, talents qu’elle n’égalisera jamais, elle sombre dans des rêves éveillés, résurgences de passé.
Les morts des jeunes filles, retrouvées éventrées, qui frappe la population par l’horreur des crimes, ne semblent pas touchés la jeune femme ; pourtant quand Christian, le tueur, rentrera chez elle et commencera à l’épier, une étrange relation s’établira entre eux…

Le jeu de la mort et du hasard : Bien que gêné par les multitudes qui peuvent circuler dans les rues, il se rend quand même dans le bourdonnement de la population et la reconnaît. Elle doit savoir, c’est obligé.

Miroir, mon laid miroir : Aglaé, dont l’histoire familiale est faite d’incestes et autre joyeuseté danse jour après jour pour sa famille…

Soumission : être la femme d’un grand universitaire et reprendre ses études est déjà dur en soit mais quand on se retrouve avec ce mari, considérant comme ailleurs la place d’une femme, dans le même cours mais de l’autre côté de la barrière, il y a risque de dérapage…

Pour la bonne case : Adam Eve le mari d’Elsa, ne rêve que d’une chose, avoir son nom de rendu populaire et pourquoi pas dans une bande dessinée de Tintin, son héros préféré ?

Le Templier Electrique : Laon est une ville hantée, non pas par un fantôme mais bien par une statue, la statue d’un templier, comme le fait divers que ce narrateur va nous conter…

Ce livre m’a laissé une sensation bizarre notamment de par la première partie à savoir Le Déchant.. J’ai trouvé que la folie qui gagne notre violoniste et qui se retrouve dans toutes ses pensées rend la lecture difficile, brouillée comme si l’auteur avait voulu absolument nous faire partager la confusion de l’artiste. Une lecture ardue mais qui vaut qu’on s’y attarde. L’alternance de réflexions / pensées et de dialogue nous permet de nosu repérer dans la journée, de pouvoir nous recadrer régulièrement.
Difficile donc pour nous de le lire, mais avec ce sentiment que l’on retrouve par ailleurs dans un roman d’un autre auteur – à savoir Stephen King à travers Dolorès Claiborne – de devoir essayer de percevoir où se situe la faille dans l’esprit de l’héroïne, en plus de comprendre les évènements qui se trament autour du personnage,
Pourtant, il semble impensable de décrocher, alors que Gilbert Millet nous donne une occasion unique de plonger dans l’esprit torturée de la jeune femme.
Le lien qui se tisse en plus entre le tueur et Isabelle n’est pas sans faire penser dans un autre registre au syndrome de Stockolm (ce syndrome qui parle du lien étrange qui se tisse entre otages et preneur d’otages). Bref Le Déchant m’a laissé une sensation étrange.
Pour les autres nouvelles, je ne dirais qu’une chose : c’est un régal… notamment soumission et le templier electrique : en quelques pages, Gilbert Millet a réussi à nous envoyer une bonne dose d’adrénaline dans les veines !

Le livre que nous propose Nestiveqnen intègre en plus de Déchant cinq nouvelles…

Le Déchant : Isabelle Perrelin habite seule dans son immeuble qui devrait, selon toute probabilité, être détruit très prochainement. Musicienne raté, elle passe son temps à écouter de la musique. L’esprit travaillé par tous ces talents du passé, talents qu’elle n’égalisera jamais, elle sombre dans des rêves éveillés, résurgences de passé.
Les morts des jeunes filles, retrouvées éventrées, qui frappe la population par l’horreur des crimes, ne semblent pas touchés la jeune femme ; pourtant quand Christian, le tueur, rentrera chez elle et commencera à l’épier, une étrange relation s’établira entre eux…

Le jeu de la mort et du hasard : Bien que gêné par les multitudes qui peuvent circuler dans les rues, il se rend quand même dans le bourdonnement de la population et la reconnaît. Elle doit savoir, c’est obligé.

Miroir, mon laid miroir : Aglaé, dont l’histoire familiale est faite d’incestes et autre joyeuseté danse jour après jour pour sa famille…

Soumission : être la femme d’un grand universitaire et reprendre ses études est déjà dur en soit mais quand on se retrouve avec ce mari, considérant comme ailleurs la place d’une femme, dans le même cours mais de l’autre côté de la barrière, il y a risque de dérapage…

Pour la bonne case : Adam Eve le mari d’Elsa, ne rêve que d’une chose, avoir son nom de rendu populaire et pourquoi pas dans une bande dessinée de Tintin, son héros préféré ?

Le Templier Electrique : Laon est une ville hantée, non pas par un fantôme mais bien par une statue, la statue d’un templier, comme le fait divers que ce narrateur va nous conter…

Le corps éventré d’une étudiante a été retrouvé dans un parc. Aussitôt, la psychose s’empare de la population, d’autant qu’on attribue au meurtrier la disparition de deux autres jeunes femmes. Près du parc, Isabelle Perrelin est la dernière occupante d’un immeuble voué à la démolition. Taciturne, violoniste ratée, elle passe le plus clair de son temps à écouter les Œuvres de musiciens disparus. A son insu, derrière la porte de son appartement, le tueur scrute ses faits et gestes. Sera-t-elle sa prochaine victime ? L’a-t-il choisie par hasard ? Quel lien existe-t-il entre le meurtrier et Christian, le frère d’Isabelle, mort il y a trois ans et avec le fantôme duquel la jeune femme ne cesse de dialoguer ?
Nestiveqnen Fractales Fantastique (Mars 2005)214 pages 16.70 € ISBN : 2-915-65308-9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *