Sans Forme de Gail Carriger

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Le Protectorat de l’Ombrelle, 1

J’ai adoré retrouver l’univers de Gail Carriger, cette plongée à l’époque Victorienne. L’humour est fin, les tournures de phrases sont exquises ; ça fond sur la langue comme les scones à l’heure du thé ! lol
L’ambiance est encore plus steampunk dans ce tome-ci puisqu’on découvre de nouvelles machines à vapeur, quelques unes volantes et surtout, un étrange appareil qui permet de communiquer à distance : l’étherographe ; sans oublier les ombrelles aux gadgets incroyables de lady Maccon.

 

Eh oui, Alexia est maintenant mariée à Lord Maccon, pour le meilleur et pour le pire…
Une épidémie d’humanisation s’est abattue sur Londres ; des zones entières où les lo
up-garous ne peuvent plus se transformer et où les fantômes sont exorcisés.
Il n’en fallait pas plus pour réveiller la curiosité d’Alexia qui nous mène en voyage jusqu’en Ecosse pour des recherches approfondies.
Au passage, puisque ce sont ses terres, le lecteur en apprend un peu plus sur le passé de lord Maccon ; notamment avant qu’il ne devienne alpha de meute.

J’ai aimé l’enquête de ce deuxième tome, même si elle est parfois trop mise de côté pour des mondanités, elle reste surprenante, et se termine de façon totalement inattendue.
Sans compter un final pour le moins rageant qui me rend toujours plus impatiente de lire la suite. Il ne faudra pas attendre trop longtemps puisqu’elle sort en avril prochain.

Pour conclure, “Sans Forme” est une nouvelle réussite ; j’adore retrouver Alexia pour des enquêtes dans un univers original. L’humour et l’époque sont un régal !

Le Livre de Poche (Avril 2012) – Orbit – 424 pages – 7,10€ – 9782253134886
Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau, compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ?

Orbit (novembre 2011) – 320 pages – 16€50 – ISBN : 9782360510399

Traduction : Sylvie Denis

Titre VO : Changeless (2010)

Miss Alexia Tarabotti est devenue Lady Alexia Woolsey. Un jour qu’elle se réveille de sa sieste, s’attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, elle le découvre hurlant à s’en faire exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication… laissant Alexia seule, aux prises avec un régiment de soldats non-humains, une pléthore de fantômes exorcisés, et une reine Victoria qui n’est point amusée du tout. Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repère des gilets les plus laids du monde, elle est prête !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *